Commercialisation des OGM : le maïs MIR 162 serait autorisé par l’UE

Les pays membres de l’Union Européenne ne sont pas parvenus à trancher fermement ce jeudi sur le sort du maïs MIR 162, mais son autorisation de vente sur le marché serait probable.

0
5051
Le maïs MIR 162 sera-t-il autorisé ? © atoss ©Fotolia

Les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) ont été l’objet de débat ce jeudi 27 septembre au sein de l’Union Européenne. Le thème : faut-il ou non autoriser la mise en vente sur le marché du maïs MIR 162 du groupe Syngenta ?
Le vote des Etats membres était d’autant plus observé que la semaine a été marquée par la publication de l’étude du professeur Séralini sur la dangerosité des OGM dans l’alimentation humaine et animale. Même si le maïs utilisé dans l’étude des scientifiques français était un maïs transgénique issu de la firme américaine Monsanto et non Syngenta, les conclusions édifiantes des scientifiques auraient pu faire changer d’avis les pays européens, sollicités pour la deuxième fois en quinze jours sur la question (avant et après le scandale).
Mais non, les résultats du vote ont été rigoureusement identiques : 13 Etats ont voté pour la commercialisation du maïs MIR 162, dix Etats ont voté contre, et quatre ne se sont pas prononcés : la France, l’Allemagne, l’Italie et la Bulgarie.

OGM et mise en vente du maïs MIR 162 : la Commission Européenne doit trancher

Entre le 10 et le 27 septembre, aucun changement d’opinion sur la très épineuse question des organismes génétiquement modifiés n’a donc secoué les Etats membres. De fait, il revient maintenant à la Commission Européenne de décider seule de ce qu’il est bon de faire ou non sur ce sujet de santé public, commercialement intéressant pour le groupe Syngenta.
Les dés semblent toutefois jetés car l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments avait déjà estimé que le maïs MIR 162 ne présentait aucun risque pour la santé. Alors…

Eléonore Verdy