Contraception : un nouvel implant on/off en étude

La fondation Bill & Melinda Gates et les laboratoires du MIT planchent actuellement sur un nouveau moyen de contraception féminin : un implant avec la fonction on/off.

0
1757
Si cette puce contraceptive est encore à l'étude, des essais cliniques sont prévus dans un an aux Etats-Unis ©ShutterStock

Ce nouveau dispositif pourrait bien changer la vie de nombreuses femmes. Fini le rappel journalier de la pilule et les stérilets qui doivent être remplacés tous les 4 à 8 ans. Place à la contraception de nouvelle génération.

Une commercialisation possible d’ici quatre ans

La fondation Bill & Melinda Gates et les laboratoires du Massachussetts Institute of Technology (MIT) plancheraient actuellement sur un implant contraceptif dit « révolutionnaire », conçu pour durer seize ans. Un implant qui pourra être activé ou désactivé à distance, via une télécommande. Le fonctionnement parait des plus simples : la femme qui souhaite suspendre les effets du contraceptif n’aura qu’à appuyer sur le bouton, et une autre pression suffira pour remettre en marche la diffusion des hormones dans son organisme.

Si cette puce contraceptive est encore à l’étude, des essais cliniques sont prévus dans un an aux Etats-Unis pour une possible mise sur le marché d’ici quatre ans. Elle sera implantée sous la peau des fesses, du ventre ou de la partie supérieure du bras, et ne mesurera que 20 millimètres. À l’intérieur, un réservoir de 15 mm contiendra la dose d’hormones nécessaires pour les seize années de contraception.

Des doses ajustables

L’appareil comprendra également une batterie, qui envoie un très faible courant électrique déclenchant quotidiennement 30 microgrammes de lévonorgestrel, un progestatif que l’on utilise déjà dans de nombreux contraceptifs (Biogaran, Mylan, Microval, etc.).

Selon les informations publiées dans le MIT Technology Review, l’implant pourra être retiré après sa fin de vie, et les médecins pourront ajuster la dose d’hormones diffusée dans l’organisme.

Sur le même sujet

Lire aussi : Contraception : le stérilet plus efficace que la pilule

Lire aussi : Contraception : pilule, patch, stérilet … Halte aux idées reçues

Lire aussi : Sexualité : 30 % des étudiants français n’utilisent jamais de préservatif

Laurie Ferrère