COP21 : des engagements salués mais insuffisants selon l’ONU

Dans un rapport publié ce vendredi 30 octobre, l’ONU salue les engagements déjà pris par les pays attendus lors de la COP21, mais appelle toutefois les dirigeants du monde à accentuer leurs efforts s’ils veulent atteindre l’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés.

0
1475
COP21 : des engagements salués mais insuffisants selon l’ONU ©ShutterStock

À un mois de l’ouverture de la conférence mondiale sur le climat, la COP21, qui débutera le 30 novembre à Paris, les Nations Unies ont dressé ce vendredi 30 octobre le bilan des engagements nationaux déjà pris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans son rapport, l’ONU salue les efforts des 146 pays. « Un effort mondial sans précédent est en cours », peut-on lire. Grâce à ces engagements pris, la quantité de CO2 émise par personne dans le monde devrait baisser de 8% d’ici 2025, et de 9% d’ici 2030.

« Ces engagements marquent une volonté claire et déterminée de s’engager dans une nouvelle ère de la part de la communauté des nations », s’est félicitée Christina Figueres, la secrétaire générale de la Convention climat de l’ONU. De son côté Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères et du Développement international et futur président de la COP21, a lui aussi voulu se montrer optimiste : « Ce rapport montre que les contributions nationales permettent de changer la donne et nous éloignent du pire, c’est-à-dire d’un réchauffement à 4-5 °C ou plus », a-t-il souligné dans un communiqué, tout en reconnaissant la nécessité de fournir « des efforts supplémentaires dans le temps ».

C’est bien, mais…

Si l’ONU salue les engagements déjà pris par les pays, elle estime toutefois qu’ils sont encore insuffisants. Il reste en effet encore du chemin pour atteindre l’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés d’ici 2100. Les Nations Unies estiment que ces engagements nationaux « ont la capacité de limiter à 2,7°C l’élévation de la température », ce qui n’est « en aucun cas suffisant ». Cependant, « cela est beaucoup plus bas que les 4 ou 5 degrés, voire plus, de réchauffement prévus par beaucoup avant les engagements », accorde Christina Figueres.

Prochaine étape, la COP21 à Paris (du 30 novembre au 11 décembre). Un premier accord engageant tous les États du monde dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre est espéré.

Lire aussi : 

COP21 : Nicolas Hulot mobilise les stars d’internet

Les pays du Golfe bientôt inhabitables ?

Justine Dupuy