Corée du Sud : des robots à la place des supporteurs

En Corée du Sud, un stade de baseball accueille dans ses tribunes des robots à la place de supporteurs. S'ils ne peuvent se déplacer, les fans peuvent ainsi suivre les matchs à distance par le biais d'une connexion internet.

0
1666
Chaque robot représente un supporteur qui suit le match via internet, par le biais d'un ordinateur, d'un smartphone ou d'une tablette. - crédit photo : maxuser ©ShutterStock

Les robots envahissent de plus en plus notre quotidien. Cette fois-ci, place au robot supporteur. En Corée du Sud, le Daejeon Baseball Stadium propose aux spectateurs de regarder les matchs à distance par l’intermédiaire d’un robot humanoïde assis, à leur place, dans les tribunes. Pour l’instant, trois rangées peuvent accueillir des humanoïdes pour encourager les Hanwha Eagles.

Comme un humain, le robot supporteur chante et fait la ola

La tête des machines est un écran de télé-présence. Chaque robot représente un supporteur qui suit le match par le biais d’un ordinateur, d’un smartphone ou d’une tablette. Il suffit simplement d’être connecté à internet. Contrôlé à distance par son double humain, le bonhomme métallique peut, comme un vrai supporteur, faire une ola et chanter.

Le dispositif peut sembler étranger, voire un tantinet déprimant. Comment les joueurs peuvent-ils apprécier de se faire encourager par des machines, bien qu’elles soient pilotées par des êtres humains ? En réalité, le but est de motiver les fans du club des Hanwha Eagles, qui n’a pas vraiment brillé ces dernières années. Petit à petit, le stade s’est vidé et les joueurs ont perdu leurs soutiens.

Par ailleurs, la mise en place de ce système permet à des supporteurs qui ne peuvent se rendre sur place pour des raisons de santé, financières ou géographiques de suivre malgré tout leur équipe de baseball. Et, petit avantage : contrairement aux humains, les robots savent garder leur sang-froid.

Présentation des robots supporteurs :


© DR


Sur le même thème :

Lire aussi : RoboCup – La Coupe du monde des robots

Lire aussi : Les Jeux olympiques des athlètes bioniques prévus pour 2016

Cécile David