Costa Allegra : au moins 2 fois le prix du voyage en indemnisation

Après avoir amarré aux Seychelles, les premiers passagers sont arrivés à Roissy hier. Mais tous n’ont pas décidé de rentrer et la moitié des passagers est ainsi restée aux Seychelles aux frais de la compagnie. Celle-ci a d’ores-et-déjà annoncé qu’elle indemniserait tous les passagers en les remboursant de deux fois le prix de leur voyage.

0
1922
Les bagages des passagers du Costa Allegra sur le quai le 1er mars ©Sipa

La croisière ne s’amuse pas vraiment en 2012. Après le drame du Concordia qui a fait 32 morts le 13 janvier près des côtes italiennes, la même compagnie Costa Crociere est de nouveau face à un naufrage, sans victimes cette fois. La compagnie maritime, contre qui une class action a déjà été engagée aux Etats-Unis pour le drame de janvier (cf supra) a cette fois pris les devants : elle a immédiatement proposé à l’ensemble des passagers plusieurs niveaux de compensation. En plus d’une indemnisation équivalant au double du prix de la croisière, les passagers ont pu choisir entre poursuivre leurs vacances aux Seychelles, sur la terre ferme, dans un hôtel aux frais de la compagnie, ou recevoir une somme équivalente en bon d’achats à valoir pour un autre voyage avec la compagnie.

70 % des passagers ont accepté l’offre de compensation

Sur les 627 passagers que comptaient le paquebot, plus de la moitié à accepter l’offre de reprendre ses esprits aux Seychelles. Pour les autres, certains trouvent l’indemnisation un peu juste et comptent bien essayer de négocier plus. Il faut dire que le paquebot a dérivé un jour suite à un incendie qui s’est déclaré à bord, avant d’être remorqué par un thonier français pendant deux jours dans des conditions d’hygiène très limites, alors que les personnes âgées à bord étaient nombreuses. Sans compter qu’au bout de trois jours, l’ambiance à bord se dégradait considérablement, certains passagers à la sortie de leur avion à Roissy parlant même de luttes pour une chaise !

La communication à bord était meilleure que sur le Concordia

Les passagers sont en tout cas à peu près tous unanimes sur la bonne prise en charge par l’équipage dès que l’incendie a été déclaré. Le capitaine Niccola Alba avait lui-même raconté lors d’une conférence de presse que des gilets de sauvetage avaient été distribués immédiatement dès les premières flammes, et les passagers préparés à un plan d’évacuation. Il a fallu ensuite gérer deux jours à bord sans sanitaires, deux jours terribles pendant lesquels « l’équipage a été à la hauteur ».

Costa Crociere face à une class action aux Etats-Unis

Un cabinet américain a lancé une class action pour espérer obtenir une indemnisation beaucoup plus forte pour les naufragés du Concordia. Une douzaine de français se sont déjà joints à la plainte en nom collectif, les class action n’étant pas autorisées en France. Pour indemniser les victimes pour le préjudice moral et la perte de leurs bagages, la compagnie Costa Crociere a proposé 11 000 euros d’indemnisation par victime. Trop peu pour le cabinet américain qui souhaite attaquer la maison mère de Costa Crociere, Carnival, basée en Floride. Dans ce type de procédure, les indemnisations pourraient alors monter à plus de 100 000 euros par personne, voire même 700 000 à un million d’euros si la victime a perdu un proche.
Le jeu en vaut évidemment la chandelle, et le fait que la compagnie maritime fasse preuve une nouvelle fois d’une si grosse défaillance sur l’un de ses paquebots ne va pas plaider en sa faveur.

Eléonore Verdy