Coup de rabot sur le congé parental ?

Pour toujours plus d'économies, le gouvernement envisagerait de raccourcir la durée du congé parental et de réduire la prime de naissance à partir du deuxième enfant.

0
2286
La durée du congé parental à partir du deuxième enfant ne serait plus que de un an. ©ShutterStock

Voici une mesure qui, si elle se concrétise, risque de faire grincer des dents les jeunes parents. Selon le journal Les Échos, le ministère des Affaires sociales envisagerait de raccourcir la durée du congé parental pour combler une partie du déficit de la branche Famille de la Sécurité sociale. Pour un premier enfant, la durée resterait de un an maximum (six mois pour le premier parent, six mois pour le second). À partir du deuxième enfant en revanche, elle passerait de trois ans à un an (toujours à se partager entre les deux parents). Ce coup de rabot permettrait à la Sécurité sociale de réaliser 300 à 400 millions d’euros d’économies, sur les 800 millions prévus.

Et ce n’est pas fini ! Selon le quotidien, le gouvernement prévoirait également de réduire la prime de naissance à partir du deuxième enfant, estimant que les familles, déjà équipées (siège-auto, poussette, lit à barreaux…), n’ont pas besoin d’un coup de pouce aussi élevé que pour le premier. Pour rappel, cette aide, d’un montant actuel de 923 euros, est versée aux futurs parents sous conditions de ressources, au septième mois de grossesse. Une autre piste pour réaliser des économies aurait été d’abaisser le plafond de revenus donnant droit à la prime de naissance. Celui-ci, actuellement fixé à 47 000 euros par an, permet à 85 % des futurs parents de toucher cette aide. Mais visiblement, le gouvernement ne compte pas y toucher.

Congé parental, prime de naissance : rien n’est fait !

À ce stade, « aucune décision n’a été prise », a lancé à la presse la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, lors d’un déplacement dans un foyer-logement du Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis). Le gouvernement annoncera au cours du prochain mois les mesures qu’il prendra dans le cadre du plan d’économies portant sur la branche famille. Les allocations familiales, ainsi que les aides accordées aux parents qui emploient une nounou devraient être épargnées.

Lire aussi : Congé maternité : des mois qui comptent pour la retraite 

Julie Toury