Coupe du monde 2014 : on connait les vainqueurs

À quelques jours du coup d’envoi de la Coupe de monde de football 2014, qui aura lieu cette année au Brésil, les spécialistes des statistiques vont bon train pour désigner le vainqueur de cette compétition. Florilège des pronostics.

0
2375
Il ne faut pas négliger le Brésil. Plus de 30 % des Coupes du monde ont été remportées par le pays organisateur ©ShutterStock

Avant il y avait Paul le Poulpe, aujourd’hui il y a la banque Goldman Sachs, mais aussi Bloomberg le spécialiste de l’information économique ou encore Stephen Hawking, le célèbre astrophysicien britannique. Tous sont spécialistes des statistiques, mais loin de leur domaine de prédilection, ils se sont prêtés au jeu pour calculer, évaluer, et désigner par avance le vainqueur de la coupe du monde de football 2014.

Le Brésil donné grand vainqueur

Et à la surprise générale (ou pas), c’est le Brésil, pays organisateur de ce mondial qui est donné grand vainqueur. Pour Stéphen Hawking, même si son pays (la Grande-Bretagne) a toutes ses chances d’arriver en finale, il serait « fou de négliger le Brésil. Plus de 30 % des Coupes du monde ont été remportées par le pays organisateur ».

Même son de cloche du côté des banques américaines Goldman Sachs, qui va plus loin dans les pronostics et établit même les équipes qui se qualifieront pour la demi-finale : « Le modèle prévoit que le Brésil, l’Allemagne, l’Argentine et l’Espagne atteindront les demi-finales, et le Brésil battra l’Argentine en finale ».

Pour Bloomberg, qui a sorti les grands moyens et mis en place un simulateur géant capable de prédire le résultat de l’ensemble des matchs du mondial, le Brésil sort aussi grand gagnant, mais face à l’Espagne cette fois-ci.

La France a des chances pour la demi-finale

Plus localement, on pourra dire que la France ne s’en sort pas si mal, si on se réfère à ses derniers résultats lors de la Coupe du monde 2010 : « La France devrait atteindre les quarts voire les demi-finales cette année. La sélection nationale française et l’environnement budgétaire actuel ont certainement au moins une chose en commun : leur imprévisibilité », selon Goldman Sachs. Bonne nouvelle donc, tout espoir ne serait pas perdu.

Enfin, il faudrait se méfier du Ghana qui risque de créer la surprise, et abandonner toute illusion pour le Portugal, l’Italie, les Pays-Bas et la Belgique puisque ces équipes seraient « surestimées ». Voilà, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu. Faites vos jeux !

Sur le même sujet

Lire aussi : We are One : la chanson officielle de la Coupe du monde est sortie

Lire aussi : 104 millions de préservatifs distribués au Brésil avant la Coupe du monde

Lire aussi : Coupe du monde 2014 : à Rio les supporters nageront dans le caca

Laurie Ferrère