Covid 19: Journée mondiale du lavage des mains jeudi 15 octobre

0
101
Global Handwashing Day Concept/Closeup woman's hand washing with soap.; Shutterstock ID 1515680204; Nom magazine: -

Devenu un enjeu de santé publique de premier plan dans la lutte contre la propagation du coronavirus, le respect des règles en matière d’hygiène des mains est primordial. La journée du lavage des mains vient le rappeler à l’heure du retour du virus dans de nombreuses régions de France.

Réalisée pour Unbottled en partenariat avec Le Parisien, une enquête de l’Ifop* montre que si les taux d’observance en matière de lavage des mains avaient atteint des niveaux inégalés durant le confinement, l’été et l’automne ont plutôt entraîné un certain relâchement, notamment dans des catégories de Français particulièrement réfractaires aux gestes barrières comme les jeunes et les anti-masques.

Exit les gestes barrières?

Si la notion de “gestes barrières”, inconnue du grand public il y a encore un an, semble être entrée dans les esprits, et les taux d’observance en matière de lavage des mains ont tous progressé, on observe un net relâchement depuis le déconfinement. Pour preuve, cette étude* qui montre que les Français sont nettement moins nombreux qu’au printemps à se laver systématiquement les mains en rentrant chez eux (63% en octobre, contre 75% en juillet et 86% en mars), avant de passer à table (65%, contre 81% en mars) ou après s’être mouchés (37%, contre 56% en mars). De même, les Français sont moins nombreux à se couvrir avec un bras ou un mouchoir lorsqu’ils toussent (56% en octobre, contre 62% en juillet et 69% en mars), à utiliser des mouchoirs à usage unique (53% en octobre, contre 58% en juillet et 63% en mars) ou à toujours se laver les mains après être allés aux WC (77% en octobre, contre 81% en mars). La proportion de personnes se lavant les mains après avoir pris les transports est, elle, en baisse par rapport à cet été (-10 points par rapport à juillet) mais elle est stable par rapport à mars (70%), ce qui s’explique sans doute par le fort niveau d’inquiétude qu’ils suscitent en termes d’exposition au virus : métro, bus, tramway ou trains étant de loin les modes de déplacement les plus anxiogènes chez les citadins (étude Ifop/Caroom – septembre).

Retour des mauvaises habitudes d’hygiène

Dans un pays où les mauvaises habitudes en matière d’hygiène semblent profondément ancrées dans « l’habitus » culturel de la population, rappeler que le lavage des mains – au savon ou au gel hydroalcoolique  – est essentiel pour prévenir la transmission des infections virales hivernales reste un challenge pour les autorités. Organisée le 15 octobre avec le soutien de l’Unicef, la « Journée mondiale du Lavage des mains » est donc plus qu’indispensable à  l’heure où la « deuxième vague » du Covid-19 coïncide avec la saison des infections virales hivernales (ex : grippes, bronchiolites, gastroentérites…).

*« Étude Ifop pour Unbottled réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 7 octobre 2020 auprès d’un échantillon de 1 014 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.  »