Création d’un groupe de travail sur le burn-out professionnel

Le gouvernement vient de mettre en place un groupe de travail qui étudiera le phénomène du burn-out professionnel. En France, 3 millions d'actifs pourraient être touchés par ce syndrome.

0
5469
3 millions de Français pourraient être victimes de burn-out professionnel ©ThinkStock

Le gouvernement planche sur le burn-out professionnel. Le ministère du Travail vient de mettre en place un groupe de travail sur la prévention de ce syndrome d’épuisement. Une première réunion a eu lieu mercredi 26 mars.

La mission de ce groupe, constitué par la direction générale du Travail (DGT), est de « clarifier ce que recouvre le burn-out dans l’objectif de donner des recommandations pour mieux prévenir ce syndrome », a précisé le ministère à l’AFP. En revanche, « il n’a pas vocation à traiter des questions de reconnaissance et de réparation ».

3 millions d’actifs exposés au burn-out

Le groupe est composé de médecins et psychologues du travail, d’experts de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et d’experts de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact). Ces professionnels devraient s’inspirer de travaux déjà menés dans divers pays de l’Union européenne, notamment aux Pays-Bas.

D’après le ministère, les premières « recommandations pour mieux prévenir ce syndrome » seront publiés « à l’été 2014 ».

Pour le rappel, le burn-out est caractérisé par un travail excessif et compulsif provoquant un épuisement intensif. Selon une étude publiée en janvier, plus de 3 millions d’actifs français encourent un risque élevé de burn-out.

Mathilde Bourge