Creutzfeldt-Jakob : la « vache folle » de retour en France

Un nouveau cas de forme humaine de la maladie de Creutzfeldt-Jakob vient d'être signalé en France, après trois années de « répit ». La vache folle est-elle de retour en France ? Doit-on s'inquiéter de ce cas ?

0
3716
Creutzfeldt-Jakob : la « vache folle » de retour en France ©ThinkStock

Voilà trois ans qu’elle avait disparu de France. La maladie de Creutzfeldt-Jakob, plus connue sous le nom de la vache folle, serait de retour en métropole avec un nouveau cas signalé chez l’homme, alerte le réseau national de surveillance de la maladie. La contamination de cet individu, dont on ignore l’âge et le sexe, porte à 26 le nombre de cas répertoriés depuis l’apparition de la maladie en 1996.

Comment « attrape-t-on » la vache folle ?

Chez l’homme, on ne parle pas de la « vache folle », mais du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (vMCJ). Cette forme humaine de l’encéphalopathie spongiforme bovine se contracte en consommant de la viande de bœuf (de la cervelle, par exemple) contaminée par un agent infectieux appelée « prion ».

La maladie de Creutzfeldt-Jakob se traduit chez l’homme par des signes de démence, éventuellement de dépression ou de schizophrénie. En six à dix-huit mois, le patient décède.

Doit-on s’inquiéter du retour de la maladie de Creutzfeldt-Jakob en France ?

La maladie de Creutzfeldt-Jakob est extrêmement rare. Depuis 1996 « seuls » 26 cas de vMCJ (12 hommes, 14 femmes) ont été signalés en France, le dernier remontant à trois ans. Un seul patient a survécu. Les décès sont survenus en 1996 (1 cas), 2000 (1 cas), 2001 (1 cas), 2002 (3 cas), 2004 (2 cas), 2005 (6 cas) en 2006 (6 cas), 2007 (3 cas) et 2009 (2 cas). Les patients étaient âgés de 19 à 58 ans. Parmi eux, 8 résidaient en Ile-de-France, 18 en province. L’un d’entre eux effectuait des séjours réguliers en Grande-Bretagne, pays où est apparue l’épidémie.

Thomas Levy