Curiosity au chômage technique !

Les activités de Curiosity sont réduites au minimum jusqu’à nouvel ordre. Le robot posé sur Mars a été mis en veille pour préserver ses systèmes informatiques suite à un dysfonctionnement.

0
3341
Curiosity victime d'un problème technique - crédits NASA ©DR

Repos forcé pour Curiosity. Le robot envoyé sur Mars par la Nasa a été victime d’un problème technique, l’obligeant à réduire temporairement ses activités. Le responsable de la mission, le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de Pasadena en Californie, précise qu’il s’agit d’un souci au niveau de la mémoire “flash”. Même s’il reste en contact avec la Terre, le rover n’effectue que le strict minimum.

La mission de Curiosity sur Mars, compromise ?

La Nasa assure que sa mission, qui doit durer deux ans, n’est pas en péril. Des ordinateurs de secours ont pris le relais de l’ordinateur principal, en attendant les réparations. Les scientifiques entendent bien poursuivre leurs découvertes. Le rover a déjà décelé le lit d’une rivière, pouvant donner des indications sur le taux d’humidité de la planète, mais aussi la présence de carbone, un élément essentiel à l’apparition de la vie.

Curiosity s’est posé sur Mars le 6 août 2012, dans le cratère Gale. Son but est de déterminer si la vie microbienne a été possible sur la planète rouge. Sa destination finale est le mont Sharp, où il doit effectuer un forage.

Le robot à six roues est le plus sophistiqué jamais envoyé sur une planète. Il ne possède pas moins de dix instruments scientifiques pour effectuer ses prélèvements et enregistrer les données collectées sur la planète.

Vidéo – Curiosity récupère un premier échantillon de roche

En février 2013, le robot est parvenu à récupérer un échantillon provenant de l’intérieur d’une roche sédimentaire, une première. Cela n’avait été possible que sur la Terre jusqu’à présent. Cet échantillon a été transféré dans un instrument appelé “In-Situ Martian Rock Analysis” ou CHIMRA. Celui-ci secoue les grains de roches au-dessus d’un tamis pour récupérer ceux mesurant 150 microns (un micro équivaut à 0,001 mm). Le robot acheminera ensuite des petites portions dans le laboratoire de chimie et minéralogie (Chemistry and Mineralogy, ou CheMin).

Charlotte Loisy