Curiosity : en vacances sous le Soleil

Depuis une semaine, le Soleil, la Terre et Mars sont presque parfaitement alignés. Une conjonction qui complique la communication entre nos deux planètes et qui force Curiosity à prendre un peu de repos.

0
1911
Le robot Curiosity @Nasa ©DR

Après huit mois de dur labeur sur la planète Mars, Curiosity est en repos forcé. Depuis près d’une semaine, la Terre, le Soleil et la planète rouge sont presque parfaitement alignés. Une conjonction qui se produit environ tous les 26 mois et qui rend la communication entre les deux planètes très compliquée.

Conjonction solaire : pourquoi la communication est-elle brouillée ?

Durant ce type de conjonction, le Soleil émet des signaux qui risquent d’interférer avec le message adressé par les équipes de la mission. Et si Curiosity reçoit un message déformé, les conséquences pourraient être terribles pour le rover. Il pourrait, par exemple, se diriger vers une zone non carrossable, prendre en compte des commandes informatiques erronées et provoquer une « erreur fatale ».

Curiosity livré à lui-même

Pour la première fois depuis le 6 août, le rover va se retrouver seul. Afin que tout se passe pour le mieux et que le robot n’affronte pas cette période avec un seul « hémisphère cérébral », les ingénieurs de la Nasa ont veillé à réparer tout le système informatique de l’engin, tombé en panne entre février et mars. En effet, si un imprévu tel qu’une chute d’astéroïdes devait se produire, les astronomes doivent pouvoir envoyer un message d’urgence à Curiosity pour lui donner l’ordre de fuir.

Aujourd’hui, le rover fonctionne sur ce qu’on appelle sa voie B, à savoir ce qui était initialement son ordinateur de secours, en tous points identique à sa voie A – qui fait désormais office de roue de secours.

Des vacances en demi-teinte pour le rover

Tout cela signifie-t-il que les médias vont vous laisser tranquilles avec Curiosity ? Pas tout à fait. Si le rover est en repos, les ingénieurs ont veillé à lui laisser un « cahier de vacances », histoire de ne pas perdre la main. Au programme : mesure de température, de pression, recueil d’échantillons etc. En revanche, le robot ne pourra transmettre ses « devoirs » qu’à la fin de la conjonction solaire. En attendant, il se contentera d’envoyer un « bip » de signe de vie aux astronomes.

Pas de repos pour la Nasa

Cette période de transition ne rime pas avec « vacances » pour tout le monde. Avec toutes les données recueillies par le rover depuis huit mois, les ingénieurs de l’agence spatiale américaine ont du pain sur la planche.

La dernière découverte, qui date du début de la semaine, suppose que l’atmosphère de Mars était autrefois plus dense, ce qui signifie qu’elle était sans doute plus protectrice. Par exemple, l’épaisse atmosphère de la Terre nous offre un bouclier contre les chutes de météorites et les rayonnements type UV, tout en permettant, par l’effet de serre, le maintien d’un cocon de chaleur acceptable. Des conditions plus favorables à la vie…

Mathilde Bourge