Curiosity : une forme étrange repérée sur Mars

La Nasa a dévoilé un étrange cliché capturé par Curiosity. Le rover semble avoir repéré un objet ressemblant fortement à une poignée de porte.

0
10136

Après la mystérieuse « fleur » découverte sur Mars il y a quelques mois, Curiosity nous livre une fois de plus une curieuse photo. Sur ce cliché, dévoilé par la NASA, l’on peut apercevoir ce qui ressemblerait à une poignée de porte ou un ornement de capot de voiture.

Bien évidemment, l’agence américaine assure qu’il ne s’agit pas de tels objets, mais d’une conséquence de l’érosion provoquée par le vent martien.

Lire aussi : Curiosity : quelle différence avec les précédentes missions ?

Selon Ronald Sletten de l’Université de Washington, collaborateur de l’équipe Curiosity, cet objet, quel qu’il soit, fournit des éléments intéressants pour étudier les vents martiens. Selon les scientifiques de l’agence américaine, ce type de « projection » est assez fréquente sur Mars, en particulier quand plusieurs roches sont superposées et que celle du dessus est moins sensible à l’érosion que celle du dessous.

Une érosion, deux roches

Après observation du cliché de Curiosity, les astronomes ont constaté que le haut de cette poignée était plus brillant que sa base. Les scientifiques estiment que la projection serait constituée de deux roches différentes et que celle du dessus aurait protégé celle du dessous. Résultat, cette poignée aurait été polie par le vent, aboutissant à un aspect lisse du matériau.

Ce type de phénomènes peut être observé à plusieurs endroits sur Terre notamment sur des zones de contact entre du granite et de la dolérite, deux roches qui ne présentent pas la même résistance. La dolérite de couleur foncée résiste bien à l’érosion et est donc polie par le vent, devenant bien lisse, tandis que le granite lui aboutit à une texture plus granuleuse.

Malgré les éléments nouveaux que cette découverte apporte sur l’environnement martien, l’actualité principale du rover est toute autre. Lundi, Curiosity a réalisé son premier forage, qui permettra normalement de savoir si la planète rouge a un jour abrité la vie.

Mathilde Bourge