Cyril Lignac : »Le Meilleur pâtissier Les professionnels, une utilité publique »

0
1569
Cyril Lignac, star vedette de l'émission qui débute le 23 juin 2022.
Pour le chef préféré des Français, Le meilleur pâtissier Les professionnels valorise le métier.

Le célèbre chef revient le 23 juin sur M6 avec la cinquième saison du Meilleur pâtissier les professionnels, aux côtés de Pierre Hermé et d’une nouvelle jurée, Christelle Brua.

Dans un contexte où les habitants de l’Hexagone, notamment les amateurs que l’on retrouve dans le Meilleur Pâtissier, proposent des créations de plus en plus abouties, qu’est-ce qui les sépare toujours des pâtissiers professionnels ?

C’est vrai qu’aujourd’hui, les participants au Meilleur pâtissier amateurs font quand même de très beaux gâteaux. Et pour les Français, c’est devenu encore davantage une passion avec le confinement. Les gens la pratiquent de plus en plus à la maison. C’est pour ça qu’il nous semblait important de proposer un concours de professionnels avec des candidats qui sortent de palaces, de grandes maisons, qui ont un vrai talent, un très haut niveau pour montrer clairement la différence entre les premiers et les seconds… Et c’est génial parce qu’il y a du savoir-faire et de l’audace. On y apprend aussi beaucoup de choses ; ce qui va nourrir tous ceux et celles qui cherchent sans arrêt des astuces sur les blogs et les livres de chefs. C’est donc un programme d’utilité publique ou au moins d’utilité pâtissière pour valoriser notre métier et convaincre des jeunes de l’exercer.

Certaines choses, notamment la jeunesse des compétiteurs, vous ont-elles impressionné durant le tournage ?

Dans cette profession, on démarre à quinze ou seize ans. Donc je ne suis pas étonné de voir aussi des pâtissiers aussi doués à vingt. On baigne là-dedans, on voit ce qui est délivré dans les pâtisseries et les écoles de chocolat. La précision de l’exécution peut donc me surprendre mais pas l’âge des personnes qui participent à cette émission.

Qui est le juré le plus intransigeant de vous trois ?

Pierre Hermé ( rires). Plus sérieusement, il y a diverses choses à envisager lorsqu’on est juré d’un concours de pâtisseries comme Le meilleur pâtissier Les professionnels. Cela implique de l’humilité, le fait de se mettre à la place des celles et ceux qui y participent parce qu’on s’est autrefois retrouvé de l’autre côté de la table. On doit sélectionner les candidats qui le méritent sans pour autant dézinguer les autres car il y du boulot, de la sueur de l’engagement, de la peur et du stress. Dans notre quotidien, on est toujours susceptible d’être critiqué par quelqu’un, quand on met un gâteau dans notre vitrine ou que l’on sert un plat dans nos restaurants. Quand on se retrouve dans la position inverse, on y met donc les formes et les mots pour ne pas faire aux autres ce que l’on n’a pas envie que l’on nous fasse.

Comment s’est déroulée l’arrivée de Christelle Brua dans l’équipe ?

On se connait depuis longtemps avec Christelle. On avait même failli travailler ensemble. Elle fait partie des femmes dans le métier que j’aime beaucoup. Donc, j’étais vraiment content qu’elle nous rejoigne. Nous nous sommes vus très souvent lors de réunions de chefs et en dehors de nos restaurants. Nous avons eu de nombreuses discussions sur la pâtisserie. Christelle est à la fois très douce et sait ce qu’elle veut. J’ai appris la cuisine avec les femmes donc leur présence représente vraiment mes valeurs. Et je trouve qu’il y a chez Christelle Brua une forme de délicatesse, de raffinement et une façon de fonctionner qui me correspond, même si je suis plus classique qu’elle et qu’on n’est pas toujours d’accord. Ce sont deux langages, deux visions et c’est justement ce qui est appréciable.

Bénédicte Flye Sainte Marie