Des astronomes repèrent des étoiles à luminosité changeante

Des astronomes suisses ont découvert une trentaine d’étoiles à luminosité changeante. Elles seraient légèrement plus chaudes et brillantes que le Soleil.

0
6255
Pour la toute première fois, des astronomes ont repéré 36 étoiles présentant « d'infimes variations de leur luminosité, de l'ordre de 0,1 % de la brillance normale des étoiles ». (ESO) ©ThinkStock

Un nouveau type d’étoiles à luminosité changeante a été observé il y a quelques jours. Publiée le 12 juin dans la revue Astronomy and Astrophysics, une étude révèle l’existence d’étoiles présentant « d’infimes variations de luminosité ». À l’origine de cette découverte, une équipe d’astronomes de Genève. Ils ont pu observer le phénomène grâce au télescope Euler, situé au sein de l’Observatoire de La Silla (Chili), une propriété de l’Observatoire européen austral (ESO).

Des étoiles plus chaudes et plus brillantes que le Soleil

Cette découverte fait suite à l’observation régulière, pendant sept ans, de plus de 3 000 étoiles positionnées dans l’amas NGC 3766. Pour la toute première fois, les astronomes dirigés par Nami Mowlavi ont repéré 36 étoiles présentant « d’infimes variations de leur luminosité, de l’ordre de 0,1 % de la brillance normale des étoiles », rapporte l’ESO dans un communiqué (AFP). Ces variations apparaissent toutes les deux à vingt heures. « [Ces étoiles] sont légèrement plus chaudes et [plus] brillantes que le Soleil », précise l’ESO.

> Lire aussi : Découverte – des chercheurs ont identifié la mère du Soleil

« Les modèles théoriques actuels prévoient que [la] lumière [des étoiles variables] n’est pas censée varier périodiquement », note Sophie Saesen, l’une des astronomes de l’équipe. Elle voit dans cette découverte un véritable « défi pour les astrophysiciens » : « Nos efforts consistent à mieux connaître le comportement de ce tout nouveau type d’étoiles ».

Les étoiles à luminosité changeante : un défi pour les astrophysiciens

Pourquoi ces étoiles varient-t-elle périodiquement ? Aucune explication n’a pour l’instant été clairement identifiée. Néanmoins, les astronomes ont remarqué que certaines d’entre elles tournaient plus vite que la moyenne, soit plus de la moitié de « leur vitesse critique », stade auquel elles deviennent instables et rejettent leur matière dans l’espace. « Dans ces conditions, la rotation rapide a un impact important sur leurs propriétés internes, explique Nami Mowlavi. Mais nous ne sommes pas encore capables de modéliser leurs variations de luminosité. »

> Lire aussi : Du sucre à proximité des étoiles

Damien Rigat