Des chercheurs japonais parviennent à lire les rêves

Pour la première fois, des scientifiques sont parvenus à décrypter un rêve, sans que l'auteur n'en dévoile le contenu. Cette avancée pourrait permettre de mieux analyser l'état psychique d'un individu.

0
3456
Déchiffrer les rêves pourraient permettre de mieux analyser l'état psychique des individus ©ThinkStock

Pourra-t-on un jour, à l’instar de Di Caprio dans Inception, nous introduire dans les rêves d’autrui ? Si nous sommes encore loin de la fiction, des chercheurs japonais de l’Institut international de recherche en télécommunication avancée (ATR) ont, pour la première fois, réussi à décoder un rêve humain.

Comme le rappellent les scientifiques, « depuis longtemps, les hommes s’intéressent au rêve et à son sens, mais jusqu’à présent, seul le rêveur en [connaissait] le contenu ». Et décrypter un monde onirique sans les dires du rêveur ne fut pas chose aisée pour ces chercheurs. Pour parvenir à ce résultat, ils ont enregistré à maintes reprises l’activité cérébrale de trois personnes en plein sommeil par imagerie à résonance magnétique (IRM). Dès que l’appareil envoyait un signal correspondant à une phase de rêve, les scientifiques réveillaient leurs « cobayes » pour leur demander de décrire la dernière image qu’ils avaient vue, avant de les laisser se rendormir. Et ce, 200 fois par sujet. Une véritable torture pour ces volontaires qui a permis aux chercheurs de compiler une correspondance entre une activité cérébrale précise et différentes catégories (nourriture, littérature, personnalités, etc.). A la fin de l’expérience, les scientifiques sont parvenus à mettre au point un « dictionnaire » répertoriant les associations entre les images du rêve et les signaux envoyés par le cerveau. Ce classement leur a, par la suite, permis de décrypter un contenu onirique sans demander au rêveur ce qu’il avait vu. Au final, les chercheurs ont pu deviner, grossièrement, entre 60 et 70 % de ce que voyaient leurs patients. « En l’état actuel des travaux, nous ne voyons que des catégories de base et il n’est pas certain que l’on puisse aller jusqu’à comprendre les formes et les couleurs apparues », a souligné l’équipe du professeur Kamitani, directeur de l’étude.

Reconstituer un rêve en images

Il n’en reste pas moins que « ces résultats démontrent que l’expérience visuelle spécifique au cours du sommeil est représentée par des schémas d’activité cérébrale, ce qui fournit un moyen de découvrir le contenu de rêves en utilisant une mesure neurologique ». Et les scientifiques d’imaginer un jour la fabrication d’une machine qui permettrait d’enregistrer les rêves pour les reconstituer en images. « Par exemple, si vous avez fait un super-rêve, ce serait bien de pouvoir le faire visionner ensuite à quelqu’un d’autre », imagine Yoshiyuki Onuki, l’un des « cobayes », interrogé par une télévision.

Cette expérience intrigante devrait, selon les chercheurs, être utile pour comprendre des maladies psychologiques, commander des machines par la pensée ou encore analyser l’état psychique d’un individu.

Mathilde Bourge