Des étiquettes de couleur pour mieux manger

Plusieurs associations se sont réunies pour écrire une lettre ouverte à Manuel Valls. Ils réclament l'instauration d'un code couleur sur les aliments en fonction de leur dangerosité pour la santé.

0
3302
Les étiquettes rouges seront collées sur les aliments mauvais pour la santé ©ShutterStock

Rouge, rose, orange, jaune et vert. Vous retrouverez peut-être ces cinq couleurs sur les emballages alimentaires dans les rayons de supermarchés. C’est du moins ce que réclament plusieurs associations de professionnels de la médecine, de malades et de consommateurs, qui souhaitent que les aliments soient classés en fonction de leur dangerosité. Dans une lettre ouverte à Manuels Valls, les signataires assurent que cette initiative a pour but de lutter contre les maladies chroniques (obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires) liées aux trop fortes concentrations en sel, en sucres ou en gras dans notre nourriture.

Mieux informer les clients sur ce qu’ils achètent

« Pour mon information, je demande au gouvernement que soit mis en place un système d’information sur la qualité nutritionnelle simple et compréhensible sur la face avant des emballages des aliments », réclame la pétition mise en ligne par le collectif.

Concrètement, les pétitionnaires souhaitent l’instauration d’un code couleur simple comme il en existe déjà au Royaume-Uni par exemple. Si la bulle sur l’emballage est rouge, c’est que l’aliment est mauvais pour la santé. Si elle est verte, c’est qu’il contient peu de sucres, de sel ou de gras. Chaque aliment se verra attribuer une couleur entre cinq en fonction du rapport entre ses ingrédients les plus mauvais pour la santé et ceux qui font du bien au corps, comme les fibres ou les protéines. L’objectif : mieux informer les clients sur ce qu’ils achètent, mais aussi pousser les industriels à investir pour améliorer les produits qu’ils proposent et ainsi les faire changer de catégorie de couleur.

Mathilde Bourge