Des milliers de petites bêtes trouvent refuge dans les sapins !

25 000. C’est le nombre d’insectes qu’un sapin de Noël serait susceptible d’accueillir, selon une étude norvégienne. Pas de quoi s’affoler, la présence de bébêtes serait tout à fait normal et même bon signe !

0
2467
Des milliers d'insectes grouillent dans un sapin de Noël. Gardez le sourire, ils ne sont pas dangereux ! Crédit photo : Subbotina Anna

Ah ! Le sapin de Noël ! Ses guirlandes, ses boules, son étoile… et ses petites bêtes. Et oui, selon une étude de l’Université de Bergen (Norvège), l’arbre culte fourmille d’insectes !

Jusqu’à 25 000 insectes dans un sapin

D’après des recherches réalisées sur les sapins à l’occasion des fêtes de fin d’année, jusqu’à 25 000 bêtes pourraient peupler un arbre de Noël.

Pourquoi acariens, papillons de nuit et collemboles grouillent-ils dans le sapin ? En hibernation, les insectes « se réveillent lorsque l’arbre se trouve au chaud dans le salon (…) En sentant cette chaleur et la lumière, ils croient que le printemps est de retour et reviennent à la vie », expliquent les auteurs de l’étude dans un communiqué publié au sein de l’université norvégienne.

Les petites bêtes dans le sapin ne nous mangeront pas

Les sapins n’ont pas subi de stérilisation, puisqu’ils proviennent directement de la nature, rappelle au Figaro Vincent Houis, agronome à l’Association française du sapin de Noël naturel. Aucune raison pourtant de sortir les bombes anti-arachnides et autres insecticides. La présence d’insectes « va de soi [et est] même plutôt bon signe », assure-t-il, en précisant que ces bêtes – souvent microscopiques – ne présentent a priori aucun danger.

Lire aussi : Comment se débarrasser de son sapin de façon écologique ?

Par ailleurs, l’agronome rappelle que l’homme aussi est colonisé par des bactéries : « Il faut prendre conscience que nous avons des animaux sur notre peau ». Alors franchement, pourquoi s’inquiéter ?

Oui mais qu’en est-il des personnes allergiques aux acariens ? Là, encore, pas de panique. « À moins de sniffer son sapin », ironise Vincent Houis.

Lire aussi : Quel sapin de Noël choisir ?

Cécile David