Des oreilles artificielles pour les enfants

Des médecins américains ont réussi à confectionner une prothèse auriculaire d’un nouveau genre. Elle pourrait aider les enfants atteints de microtie à retrouver une taille d’oreille normale.

0
8528
Les enfants atteints de microtie pourront bientôt espérer avoir des oreilles de taille standard. ©Fotolia

Les enfants atteints de microtie pourront bientôt espérer avoir des oreilles de taille standard. Cette malformation, qui apparaît dès la naissance, provoque une petitesse anormale des oreilles et parfois la quasi absence de pavillon.

Des bio-ingénieurs et des médecins de l’Université de Cornell, aux Etats-Unis, auraient en effet créé des pavillons auriculaires artificiels, à partir d’une technologie 3D et de cellules vivantes, qui recréent le cartilage et confèrent leur forme à l’oreille. Ce qui s’annonce comme un futur progrès médical, et vient d’être présenté au grand public par les experts, pourrait également servir à des adultes. « Des patients ayant perdu une partie ou la totalité de l’oreille dans un accident ou à la suite d’un cancer pourraient aussi bénéficier de cette technologie » explique le Pr Jason Spector, directeur du Laboratoire de médecine biorégénératrice de l’Université Cornell.

Oreilles artificielles : un miracle de technologie ?

Le Pr Lawrence Bonassar et son équipe de l’université Cornell ont conçu cette prothèse d’un nouveau genre à partir d’une image numérique en trois dimensions de l’oreille d’une personne ayant servi de modèle. Ils l’ont ensuite convertie en une véritable oreille, à l’aide d’un copieur en 3D pour en faire un moule, dans lequel ils ont versé un gel de grande densité, contenant du collagène et des cellules vivantes. Tout ceci a servi « d’échafaudage » pour que du cartilage humain puisse s’y développer. Trois mois plus tard, la quantité de cartilage produite dans le moule était suffisante pour remplacer le collagène.

« Il faut une demi-journée pour faire le moule, environ une journée pour faire l’impression en 3D, 30 minutes pour injecter le gel et quinze minutes de plus pour sortir l’oreille du moule », détaillent les médecins. L’oreille est ensuite mise dans une culture de cellules vivantes pendant quelques jours avant d’être implantée.

Les scientifiques, qui n’ont pour le moment expérimenté leurs oreilles artificielles que sur des rats, espèrent tester leur technique d’implantation sur l’homme d’ici trois ans.

Mathilde Bourge