Des retraites… à la carte!

Ils s’écharpent sur l’avenir de nos pensions, mais restent discrets sur les leurs. Tour d’horizon des retraites de nos élus.

0
2848

En plein débat sur les retraites, les pensions de nos élus font polémique. L’ancienne ministre Christine Boutin a dû renoncer à son salaire de 9 500€ par mois pour une mission sur la mondialisation alors qu’elle émargeait déjà à 8000€ par mois grâce à sa retraite de députée et à son indemnité de conseillère générale des Yvelines. Dans la foulée, le Premier ministre, François Fillon, a interdit à ses ministres de cumuler salaire et retraite de parlementaire. Quant à Eric Woerth, ministre du Travail, il a concédé qu’il fallait peut-être demander un petit sacrifice aux anciens députés et autres sénateurs au moment où l’on impose « un effort aux Français » !

Loin des forfaits de base

Le montant est fixé de manière forfaitaire à 5250€ par mois. Une somme qui ne dépend d’aucune cotisation et qui leur revient à 60 ans, après l’exercice d’un seul mandat. Cette indemnité relève d’une loi de finance de 1955 au même titre que des avantages en nature &mdash l’attribution, à vie, d’un garde du corps, d’une voiture et d’un bureau. Les faits. Nos deux ex-présidents, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing, empochent respectivement 30 800 et 29 000€/mois. Le premier cumule sa retraite de président, de député, de magistrat à la cour des comptes, de conseiller général, de maire de Paris et de membre du conseil constitutionnelet le second, de président, de député, d’inspecteur général, de conseiller général et régional et de membre du conseil constitutionnel.

Des cumuls bienvenus!

Ministres et secrétaires d’Etat ne cotisent pas pour leur retraite et ne bénéficient d’aucun régime spécial. Leur passage au gouvernement ne leur donne droit à aucune pension. Le Premier ministre bénéficie toutefois d’une voiture, d’un officier de sécurité et d’une secrétaire après son mandat. Leurs émoluments (de 12800 à 22250 €/mois) leur sont versés pendant six mois… Les faits. Heureux, nos ex-ministres qui cumulent retraites et indemnités de différentes fonctions! Ainsi, Alain Juppé perçoit 10 550€/mois en tant qu’ancien inspecteur, député, conseiller de Paris auxquels s’ajoute son indemnité de maire de Bordeaux: 1400 €/ mois. Michel Rocard, lui, cumule trois pensions pour un montant total de 11 100€: ancien inspecteur des finances, maire, député européen. Et à partir de janvier 2011, Michel Barnier, qui gagne 23 503€/mois en tant que commissaire européen, touchera ses retraites d’élu pour un montant de 9225 €/mois, ce qui en fait l’un des politiciens français les mieux lotis.

Un an à l’Assemblée en vaut deux

Ils bénéficient d’un régime spécial: leur cotisation vaut double ou presque. Une année passée à l’Assemblée vaut deux annuités 15 ans, 30 annuités 22 ans et demi, 40 annuités. Pour bénéficier de la retraite à taux plein (6199 €/mois), il faut avoir été député pendant 22 ans et demi, mais à l’issue d’un seul mandat de 5 ans, le droit à la retraite s’élève déjà à 1550 €/mois. Depuis 2007, le député doit attendre 60 ans pour toucher sa retraite et non plus 53 ans… Quant au conjoint survivant, s’il a plus de 50 ans, il touche deux tiers de la retraite au titre de la pension de réversion et ce, sans conditions de ressources ! Les faits. Un député siège en moyenne sept ans, ce qui lui permet de toucher en moyenne une pension de 2700 €/mois. Deux anciens députés perçoivent la retraite des parlementaires à taux plein: Paul Quilès et François Léotard émargent au minimum à 6199 €/mois auxquels s’ajoutent les pensions d’autres fonctions.

Sans compter les avantages en nature !

Les sénateurs cotisent à un régime spécial spécifique. Et leurs cotisations peuvent compter double. Une retraite de sénateur à taux plein ne requiert que 22 ans et demi de mandature… pour 5542 €/mois. Sans compter les avantages en nature: train gratuit à vie en 1re classe et 50 % pris en charge sur 12 billets d’avion en vol intérieur pour lui et son conjoint. Les faits. Les sénateurs prennent leur retraite à 67 ans et demi et cotisent 10 ans. Et leur indemnité moyenne s’élève à 4442€/mois. Sénateur retraité, le maire de Paris, Bertrand Delanoë perçoit 2 000€/mois pour avoir siégé 6 ans. Par le jeu des cumuls, Michel Charasse, ex-sénateur, maire et conseiller régional, serait, lui, à plus de 11 000€/mois.

Alexandra Da Rocha