DMLA : autorisation de l’Avastin, un médicament peu coûteux

L'Avastin pourrait être autorisé dans le cadre d'un traitement contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), une maladie entraînant un trouble de la vision. Le médicament est trente fois moins cher que le produit actuellement utilisé.

0
1387
l'Avastin est relativement peu coûteux : trente euros l'injection (neuf cents euros l'injection pour le Lucentis). - crédit photo : Deyan Georgiev ©ShutterStock

Initialement utilisé comme anticancéreux, l’Avastin (laboratoire Roche) pourrait être autorisé contre la dégénérescence maculaire liée à l’âge, plus connue sous l’acronyme DMLA. Cette évolution est présentée dans un amendement du projet de loi rectificatif de la Sécurité sociale, discuté depuis hier à l’Assemblée nationale. Le médicament entrerait ainsi en concurrence avec le Lucentis, un autre produit conçu pour lutter contre la DMLA. Petite différence : le prix. L’Avastin coûterait trente fois moins cher.

Avastin : trente euros l’injection

Jusqu’ici, les personnes souffrant de DMLA se voyaient prescrire le Lucentis (laboratoire Novartis). Chaque injection coûte neuf cents euros. L’Avastin est à la base utilisé en parallèle d’une chimiothérapie dans le traitement du cancer du sein et du cancer colorectal. Voilà plusieurs années que des chercheurs s’intéressent à ses avantages en matière de lutte contre la DMLA. Différents travaux ont ainsi mis en avant son efficacité, sous une forme liquide, contre la maladie. Contrairement à son concurrent, l’Avastin est relativement peu coûteux : trente euros l’injection.

Les laboratoires Novartis et Roche condamnés pour entente illicite

Les autorités ont mis un peu de temps avant d’autoriser le médicament contre la DMLA en raison d’une enquête menée par le parquet de Rome sur les laboratoires Roche et Novartis. Les enquêteurs ont révélé que Roche aurait touché une certaine somme d’argent sur la vente du Lucentis par Novartis. Conséquence de cet accord frauduleux : le laboratoire n’a pas proposé l’Avastin sur le marché des traitements contre la DMLA. Fin mai, le ministère de la Santé italien a condamné les deux groupes suisses à 1,2 milliards d’euros de dédommagements pour entente illicite. Novartis a déclaré qu’il ferait appel.

> La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) se caractérise par une dégradation d’une partie de la rétine nommée « la macula », qui permet d’identifier les détails et les couleurs. À un stade avancé, la maladie peut provoquer une perte de la vision centrale mais elle ne rend pas aveugle.

Sur le même thème :

Lire aussi : Avastin – La bataille entre le gouvernement et les laboratoires

Lire aussi : Un œil bionique conçu pour les aveugles

Damien Rigat