D’où vient le drapeau français ?

À l’occasion de l’hommage solennel qui sera rendu vendredi 27 novembre, François Hollande appelle tous les Français à afficher un drapeau tricolore à leurs fenêtres. Mais d’où vient le drapeau bleu, blanc, rouge ? Quelle est son histoire ?

0
3833
D’où vient le drapeau français ? ©ShutterStock

Ce vendredi 27 novembre, le président de la République invite tous les Français à hisser le drapeau tricolore à leurs fenêtres, lors de l’hommage solennel aux victimes des attentats qui se tiendra aux Invalides. Depuis les attaques meurtrières du vendredi 13 novembre, la ferveur des Français pour le drapeau national connaît un succès sans précédent. Sur Facebook, les photos de profils se sont parées des couleurs emblématiques et les ventes de drapeaux ont décollé. Mais connaissez-vous son histoire ?

La « réconciliation » entre un roi et son peuple

Comme nous l’explique très bien le site de l’Élysée, il faut remonter à la Révolution française, en 1789. C’est à cette époque que le drapeau, aujourd’hui seul emblème national de la Cinquième République, est né. Mais avant d’être un drapeau, ce dernier était une cocarde bicolore composée de bleu et de rouge, les couleurs de la ville de Paris. Elle était le signe distinctif de la Garde municipale de Paris. L’histoire raconte que, trois jours après la prise de la Bastille, le marquis de Lafayette avait obligé le roi Louis XVI, qui devait alors se rendre à l’hôtel de ville de Paris, à porter cette cocarde avec une couleur en plus, le blanc (symbole de la monarchie). Elle symbolisait ainsi « l’alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple ». Ce fut un succès, tout comme la réconciliation. Enfin presque, car le roi fut guillotiné quelques jours après. Les trois couleurs représentant la patrie étaient alors réunies.

Ce n’est que le 15 février 1794 que le drapeau tricolore prendra sa forme définitive, celle que nous connaissons tous. La convention nationale avait ainsi décrété que le pavillon national « sera formé des trois couleurs nationales, disposées en bandes verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant dans les airs ». Selon la légende, il s’agirait du peintre Louis David qui aurait choisi cet ordre des couleurs. Aucun historien n’est encore en capacité d’affirmer cette anecdote.

Le drapeau tricolore disparaît de 1814 à 1830

Le drapeau tricolore n’a pas toujours flotté sur les bâtiments publics. Avec le retour de la monarchie de 1814 à 1830, l’emblème avait disparu et était redevenu blanc. Il faudra attendre la période des « Trente glorieuses », les 27, 28 et 29 juillet 1830, pour le revoir coloré : lorsque les républicaines ont arboré le drapeau bleu, blanc, rouge sur les barricades comme signe d’insurrection et de ralliement contre Charles X. À ce moment-là, Louis-Philippe d’Orléans avait donc réaffirmé que le drapeau de la France est le drapeau bleu, blanc, rouge. « La nation reprend ses couleurs », avait-il proclamé.

Plusieurs fois, le drapeau tricolore a été menacé. Lors de la proclamation de la République, le 25 février 1848, les insurgés avaient demandé que le drapeau soit totalement rouge. Alphonse de Lamartine avait alors calmé la foule pour le sauver avec ces quelques mots : « Le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie (…) La France et le drapeau tricolore, c’est une même pensée, un même prestige, une même terreur au besoin pour nos ennemis. »

C’est en 1958 que le drapeau français tricolore est officiellement instauré emblème national comme on peut le lire dans l’article 2 de la constitution : « l’emblème national est le drapeau tricolore bleu, blanc, rouge ».

Depuis, le drapeau bleu, blanc, rouge flotte sur tous les établissements publics. Il est aussi hissé lors des commémorations et s’affiche fièrement lors de manifestations sportives. Plus qu’un emblème national, il est devenu le symbole d’un peuple uni, quelles que soient les circonstances. Les événements tragiques et douloureux de ces derniers jours l’ont, une nouvelle fois, prouvé.

Lire aussi : Attentats à Paris : en quoi consiste le deuil national ?

Justine Dupuy