Du beurre de cacahuètes contre le cancer du sein

Selon une récente étude américaine, manger du beurre de cacahuètes permettrait aux femmes de réduire de 39 % le risque de développer une maladie du sein à l’âge adulte.

0
4610
Les adolescentes qui consomment deux fois par semaine du beurre de cacahuètes ont un risque nettement moins important de développer une maladie bénigne du sein à l'âge de 30 ans. ©Sipa

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu deviendras. Alors que la campagne de sensibilisation au dépistage du cancer du sein démarre cette semaine (Octobre rose), une nouvelle étude vient démontrer l’impact considérable de la nourriture sur notre santé. Selon une étude américaine récemment publiée dans la revue Breast Cancer Research and Treatment, la consommation régulière de beurre de cacahuètes réduirait le risque de maladies bénignes du sein, et donc le risque de développer un cancer à l’âge adulte.

Maladies du sein : le beurre de cacahuète réduit le risque de 39 %

Cette étude, relayée par le Huffington Post US, a été réalisée par des chercheurs de la Harvard Medical School, de l’Institut Dana-Farber Cancer et de la faculté de médecine George-Washington. 9 039 filles, âgées de 9 à 15 ans, ont été recrutées en 1996 dans le cadre de ces travaux. Depuis cette date, leur comportement alimentaire a été observé de près par les scientifiques, par l’intermédiaire d’un questionnaire détaillé.

> Lire aussi : Cancer du sein – l’alcool avant la 1ere grossesse augmente les risques

Entre 2005 et 2010, les participantes – qui avaient alors entre 18 et 30 ans – ont passé des examens pour savoir si elles avaient contracté une maladie bénigne du sein (kystes, hyperplasie, etc.). Les chercheurs ont recensé 112 anomalies. En analysant d’un peu plus près ces résultats, ils ont remarqué que les adolescentes consommant deux fois par semaine du beurre de cacahuètes présentaient à l’âge de 30 ans un risque nettement moins important de développer des grosseurs non cancéreuses, par rapport aux autres témoins (risque diminué de 39 %). Notons que les maladies du sein étudiées ici, bien que bénignes, augmentent le risque de développer un cancer dans le futur.

Les protéines végétales, meilleures que les protéines animales ?

Pour quelle raison le beurre d’arachide préserve-t-il la santé des femmes ? L’équipe de chercheurs l’ignore pour l’instant. Mais elle pense que cela pourrait être lié à la protéine végétale contenue dans le beurre. « Consommer des protéines végétales, plutôt que des protéines animales, permet de diminuer les risques de cancer du sein, explique le Dr Graham Colditz, principal auteur de l’étude. De nombreuses études scientifiques ont déjà prouvé que dans les pays où l’on consommait peu de viande, le cancer du sein était moins développé. »

> Lire aussi : Un nouveau traitement contre le cancer du sein, moins contraignant !

Damien Rigat