Du bio dans toutes les cantines scolaires de Paris

En centralisant leur service au sein d'un même organisme, toutes les cantines scolaires de Paris pourront servir au moins 50% d'aliments bio et durables dans les assiettes des écoliers, d'ici à 2020.

0
804
Du bio dans toutes les cantines scolaires de Paris ©ShutterStock

Les cantines scolaires de la capitale vont faire leur petite révolution pour pouvoir servir, d’ici à 2020, au moins 50% de produits bio et durables dans tous leurs menus. 

Jusqu’ici, les cantines des établissements scolaires de Paris sont gérées de manière autonome et chaque arrondissement disposait d’une caisse des écoles à part. Ce qui créait alors des disparités trop importantes  sur la qualité des repas entre les vingt arrondissements. Certains peuvent en effet servir « 3,5% d’aliments bio et durables » pendant que d’autres « peuvent en servir jusqu’à 75% », indique la mairie.

Ces caisses fusionneront donc pour créer une « caisse parisienne » commune. Cette dernière sera opérationnelle dès 2018. Toutes les cantines, quel que soit l’arrondissement, pourront ainsi proposer dans leurs menus au moins 50% de produits bio.

Les mêmes tarifs

Cette centralisation permettra de faire des commandes groupées auprès des fournisseurs pour obtenir des tarifs plus compétitifs et donc proposer des produits de qualité dans toutes les assiettes des parisiens. Selon Alexandra Coredebard, adjointe aux affaires scolaires de la maire de Paris, citée par Le Parisien, l’objectif sera aussi de « généraliser le paiement en ligne et les factures groupées avec le périscolaire, que tout le monde nous réclame à juste titre ». Les 3 300 agents travaillant dans les cantines des écoles parisiennes seront regroupés sous un statut uniformisé. 

Les services seront de meilleure qualité mais les tarifs resteront, eux, inchangés. Chaque année, ce sont environ 22 millions de repas qui sont servis dans les restaurants scolaires des 663 écoles maternelles et élémentaires, des 46 collèges, des 13 lycées municipaux et des 3 écoles d’Art de la Ville de Paris.

Lire aussi : Les cantines scolaires sur le gril

Marine Vautrin