Du personnel non qualifié exercerait dans plusieurs hôpitaux

L'Ordre national des infirmiers porte plainte une nouvelle fois pour exercice illégal de la profession dans plusieurs hôpitaux et cliniques. Du personnel non qualifié exercerait notamment au sein des blocs opératoires.

0
1204
Dans certains établissements, des aides-soignants et des techniciens de surface effectueraient parfois les tâches des infirmiers, sans posséder « ni [le] diplôme, ni la formation, ni [les] compétences » nécessaires à leur exécution, dénoncent l'Ordre nati ©ShutterStock

Scandale dans le monde hospitalier. L’Ordre national des infirmiers (Oni) a déposé cette semaine six nouvelles plaintes visant deux hôpitaux publics et quatre cliniques privées situés à Beuvry (Pas-de-Calais), Rennes (‘Ille-et-Vilaine), Saint-Palais (Pyrénées-Atlantiques), Sorgues (Vaucluse), Tours (Indre-et-Loire) et Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne). Les infirmiers dénoncent l’exercice illégal de leur profession, notamment dans les blocs opératoires. Cinq autres plaintes, en cours depuis 2012, avaient déjà été déposées pour les mêmes raisons. « Trois ont donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire face au manque d’action des pouvoirs publics pour garantir aux patients la sécurité des soins », indique l’Oni.

Des aides-soignants et des techniciens de surface à la place des infirmiers ?

« Des personnels non diplômés et non qualifiés s’avèrent remplir les fonctions réservées par la loi aux infirmiers au sein des blocs opératoires », déclare l’Ordre des infirmiers dans un communiqué. Dans certains établissements, des aides-soignants et des techniciens de surface effectueraient parfois les tâches des infirmiers, sans posséder « ni [le] diplôme, ni la formation, ni [les] compétences » nécessaires à leur exécution.

Cette alerte « est à prendre très au sérieux », insiste Didier Borniche, le président de l’Oni. Certains Français seraient en effet pris en charge « dans des conditions qui les mettent en danger », explique-t-il dans le communiqué diffusé par l’organisme. Créé fin 2006, l’Ordre national des infirmiers revendique 153 000 inscrits, sur 515 000 infirmiers en France. D’après ses membres, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, souhaiterait sa disparition. Cela reviendrait à « supprimer purement et simplement la seule organisation de régulation et de contrôle de la profession », s’inquiète l’Oni.

Sur le même thème :

Lire aussi : Une sexagénaire décède dans la salle d’attente des urgences

Lire aussi : Ils se déguisent en terroristes dans un hôpital

Damien Rigat