Du poisson gras pour limiter les risques de cancer du sein

D'après des chercheurs chinois, consommer des poissons gras, riches en oméga 3, permettrait de réduire le risque de cancer du sein. Cependant, seuls les omégas d'origine marine feraient effet.

0
1299
Le saumon, riche en oméga 3, réduirait le risque de cancer du sein ©ThinkStock

On savait déjà que le poisson permettait de mieux prévenir les maladies cardiovasculaires. Mais d’après des chercheurs chinois, cet aliment pourrait également réduire les risques de cancer du sein.

Afin d’arriver à cette conclusion, les enquêteurs ont passé en revue 26 études portant sur 800 000 femmes et environ 20 000 cas de cancer du sein aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Toutes les recherches ont prouvé que les omégas 3 provenant de poissons gras, tels que le saumon, le thon ou les sardines, consommés une à deux fois par semaine, réduisaient les risque de 14 %.

Cancer du sein : oméga 3 d’origine marine

C’est donc sans surprise que le groupe universitaire a constaté que « le risque était le plus bas dans les populations asiatiques, probablement parce que la consommation de poisson est bien supérieure à celle observée dans les pays occidentaux ».

Toutefois, les chercheurs révèlent que seuls les omégas 3 d’origine marine permettent une réduction des risques de cancer du sein, aucune « association significative » n’ayant été observée avec les autres omégas 3.

Dans quels aliments trouve-t-on des omégas 3 ?

Les omégas 3 se retrouvent essentiellement dans les poissons gras, type saumon, thon, maquereau, hareng, sardine ou anchois, mais également dans les huiles végétales et, dans une moindre mesure, dans la viande, les œufs et les produits laitiers.

Lire aussi : La Norvège reconnaît la dangerosité de son saumon

Mathilde Bourge