Ebola : Paris pourrait réaliser des contrôles sur les vols de Conakry

La France envisage d'instaurer des contrôles sanitaires à l'arrivée des vols directs provenant de Conakry (Guinée). Elle pourrait envoyer du personnel et du matériel supplémentaires en Afrique de l'Ouest pour mieux lutter contre l'épidémie d'Ebola.

0
3315
Il existe déjà des « contrôles importants » au moment de l'embarquement, rappelle Marisol Touraine. - crédit photo : Brian A Jackson ©ShutterStock

L’épidémie de virus Ebola est loin d’être endiguée. Le 12 octobre, les autorités sanitaires américaines ont confirmé la première infection contractée aux États-Unis par une employée d’un hôpital texan où un Libérien contaminé est décédée. Face au développement de la maladie à échelle internationale, la France pourrait mettre en place des contrôles sanitaires à l’arrivée des vols directs en provenance de Conakry (République de Guinée) « si la situation appelle ce type de mesure », a déclaré hier la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine (AFP).

Ebola : la France envisage d’aider un peu plus l’Afrique de l’Ouest

Le pays réfléchit actuellement à l’envoi « de professionnels de santé et de structures de soins et de traitement supplémentaires au-delà de celles qui ont déjà été annoncées » en Afrique de l’Ouest et « tout particulièrement en Guinée », a -t-elle précisé après une réunion à l’Élysée. François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls et six membres du gouvernement ont participé à ce rendez-vous.

Ebola : pas de cas recensé en France pour le moment

Marisol Touraine promet « la transparence » aux citoyens sur le sujet. Elle rappelle qu’il existe déjà des « contrôles importants » au moment de l’embarquement « car c’est là que nous sommes absolument certains de pouvoir contrôler l’état de santé des personnes ». La vigilance « est extrême » au sein du pays, insiste la minitre, indiquant qu’aucun malade d’Ebola n’avait pour l’instant été recensé sur le territoire.

Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), arrêté au 8 octobre 2014, la fièvre hémorragique a entraîné la mort de 4 033 personnes sur 8 399 cas (confirmés, probables ou suspects) identifiés dans sept pays, essentiellement en République de Guinée, en Sierra Leone et au Liberia.

Lire aussi :

Quel risque de voir Ebola arriver en France ?

Virus Ebola : 5 recommandations à destination des voyageurs

Cécile David