Échanger sexe contre leçons de conduite est légal aux Pays-Bas

La loi néerlandaise « A ride for a ride » autorise les moniteurs d’auto-écoles à échanger des leçons de conduite contre des faveurs sexuelles.

0
2232
Echanger sexe contre leçons de conduite est légal aux Pays-Bas ©ShutterStock

Les Pays-Bas ont, semble-t-il, trouvé une solution pour aider les étudiants à payer leur permis de conduire : autoriser les professeurs d’auto-école à « offrir » des leçons de conduite en échange de plaisirs sexuels. Dans ce pays où la prostitution est autorisée mais extrêmement réglementée, la loi « A ride for a ride », entendez « une ballade pour du sexe », a fait récemment débat.

Une pratique très pointilleuse

Les conditions sont minimes pour pouvoir échanger son corps contre des leçons. Il faut être âgé de plus de 18 ans et être consentant. Un dernier impératif un peu plus subtil est à prendre en compte pour être en règle : ce sont les professeurs qui doivent « proposer » ce service et non pas l’élève. Si ce dernier proposait d’offrir son corps contre une leçon, la pratique serait considérée comme un moyen de paiement et donc illégale aux yeux de la loi.

La fiscalité : le problème principal 

C’est cette nuance qui a posé problème à Gert-Jan Segers, un homme politique néérlandais du parti d’opposition conservateur ChristenUnie (Union Chrétienne). Selon CNN, il aurait demandé au Parlement des Pays-Bas de s’expliquer sur le fait que les élèves adeptes de cette pratique n’étaient pas imposables, tandis que les travailleurs du sexe indépendants doivent s’acquitter d’impôts.

Melanie Schultz van Haegen, la ministre des infrastructures et de l’environnement, ainsi que Ard van der Steur, ministre de la Sécurité et de la Justice, ont répondu dans un lettre qu' »il ne s’agit pas d’offrir des activités sexuelles pour une rémunération, mais d’offrir une leçon de conduite ».

Rien de dérangeant, donc, pour le gouvernement néerlandais, même si cette pratique n’est, selon ces mêmes ministres, « pas souhaitable ». La nouvelle loi semble pourtant connaître un grand succès auprès des apprentis-conducteurs qui, selon certains médias locaux, multiplient leurs recherches sur le net dans le but de trouver un moniteur qui accepterait d’être payé en nature.

On se demande si tous les employés des auto-écoles sont prêts à baisser leurs salaires pour que quelques moniteurs puissent bénéficier de ces avantages plus charnels. Rien n’est moins sûr.

Lire aussi : Des employés de La Poste feront passer le permis de conduire

Melissa Carles