Election du pape : début du conclave pour les 115 cardinaux

Ce mardi, les 115 cardinaux vont se réunir afin d'élire le nouveau pape. Une décision qui devrait prendre plusieurs jours.

0
1368
Début du conclave ce mardi 12 mars ©Sipa

Mardi 12 mars, à 16h45, le conclave va enfin se réunir pour élire le nouveau pape. En attendant l’heure fatidique, les 115 cardinaux électeurs sont confinés à l’isolement et tenus au plus grand secret. Aucun appareil électronique n’est autorisé au sein de la Chapelle Sixtine et les télécommunications seront brouillées, afin d’assurer que les délibérations soient totalement hermétiques au monde extérieur. Même les femmes de ménage et les cuisiniers du service doivent faire la promesse de ne rien révéler des débats au grand public.

Les cardinaux coupés du monde

« L’isolement des cardinaux est vraiment total », avait raconté un des cardinaux ayant participé à l’élection de Benoît XVI. « Télévision, radio et journaux sont inaccessibles. Les téléphones portables sont bloqués. Mais nous pouvons parler. » Un autre cardinal raconte même que lors de son arrivée, il pensait que les stores de sa résidence étaient cassés, car il n’arrivait pas à les ouvrir. En réalité, les volets avaient été scellés.

Une élection à durée indéterminée

Difficile de savoir qui succèdera à Benoît XVI. En 2005, Joseph Ratzinger (nom civil du pape) se détachait clairement du lot, avant même que le conclave n’ait débuté. L’élection s’était déroulée sur deux jours. Cette fois-ci, la tâche s’annonce plus délicate et les débats risquent de s’éterniser.

A ce propos, Mgr Jean-Michel Di Falco, évêque de Gap, déclarait sur Europe 1 ce matin : « Il est assez difficile de faire des pronostics. Je m’attends à une surprise, à un nom qu’on n’a pas prononcé, à un homme auquel on n’a pas pensé, qui sera l’homme dont l’Eglise a besoin aujourd’hui ».

Selon lui, le futur pape devra posséder de nombreuses qualités. « J’attends que le pape soit un homme de prière, un homme de gouvernement, de communication, un homme jeune, un homme ouvert sur les différentes cultures, un guide pour la foi », a-t-il énuméré. Toutefois, l’homme d’Eglise reste lucide : « L’homme qui rassemblera toutes les qualités nécessaires n’existe pas, ou alors il serait Dieu », a-t-il lancé.

Lire aussi : Election du nouveau pape : mode d’emploi

Mathilde Bourge