Environnement : les aérosols ont réduit les tempêtes tropicales

D'après une étude américaine, les aérosols produits par les humains auraient bel et bien un impact sur le réchauffement climatique. Plus on les utilise, plus l'intensité des tempêtes tropicales diminuerait.

0
3989
L'utilisation d'aérosol diminuerait la formation de tempêtes tropicales ©ThinkStock

D’après une étude publiée dans la revue Nature, les aérosols produits par l’homme auraient réduit la fréquence des tempêtes tropicales en Atlantique du nord. Ces petites particules chimiques en suspension dans l’air pourraient en effet modifier les rayonnements solaires mais aussi la composition des nuages, et donc la quantité de pluie qu’ils produisent.

Aérosol et tempêtes tropicales, quel rapport ?

Selon l’étude, l’utilisation progressive d’aérosols au cours du XXe siècle aurait accentué la sécheresse au Sahel et affaibli le cycle des moussons dans le sous-continent indien. D’après le chercheur Nick Dunstone du Met Office britannique, ces particules chimiques affecteraient également la température de la surface de la mer dans l’Atlantique nord, entraînant une modification de la circulation atmosphérique tropicale, et donc une diminution des tempêtes dans cette zone.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont utilisé des modèles climatiques pour simuler un changement météorologique. Résultat, durant les périodes où la concentration d’aérosols était moins élevée, les tempêtes étaient plus fréquentes. Cette simulation appuie un fait bel et bien réel : après 1990, lorsque la concentration de ces particules produites par l’homme a commencé à diminuer, les tempêtes tropicales ont connu un regain d’intensité.

Une étude qui pourrait permettre de mieux comprendre l’impact de l’activité humaine sur le réchauffement climatique et améliorer les prédictions internationales.

Mathilde Bourge