États-Unis : l’obésité recule chez les enfants

Le nombre d’enfants obèses âgés de deux à cinq ans a baissé de 43 % en huit ans. En revanche, le taux d’obésité s’est stabilisé sur cette même période au sein du reste de la population.

0
928
Ce recul de l'obésité peut s’expliquer, en partie, par l’amélioration des repas servis au sein des crèches. - crédit photo : djedzura ©ThinkStock

L’obésité recule aux États-Unis. Du moins chez les jeunes. Selon une étude parue le 26 février dans le Journal of the American Medical Association (Jama), le nombre d’enfants obèses âgés de deux à cinq ans a reculé de 43 % entre 2003 et 2012. Pas de baisse, néanmoins, concernant le reste de la population, pour qui le taux d’obésité s’est stabilisé au cours de cette période.

Recul de l’obésité chez les enfants de familles défavorisées

Pour mener à bien ces travaux, l’équipe de Cynthia Ogden a observé en 2011-2012 l’évolution de l’obésité et de l’excès pondéral chez les jeunes et les adultes. Un groupe représentatif de 9 120 personnes a été mobilisé pour l’occasion. En 2003-2004, 13,9 % des enfants âgés de deux à cinq ans souffraient d’obésité. Cette proportion est passée à 8,1 % seulement en 2011-2012.

> Lire aussi : Les enfants qui dorment bien mangent moins

D’après les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention – CDC), une diminution importante a notamment été observée chez les enfants de deux à quatre ans issus de familles défavorisées participant à des programmes fédéraux de nutrition, a indiqué dans un communiqué le Dr Tom Frieden, directeur des CDC. Une très bonne nouvelle pour les autorités sanitaires du pays car présenter un surpoids à un jeune âge multiplie par cinq le risque d’être obèse une fois adulte.

Des repas plus équilibrés dans les crèches

Les spécialistes n’ont pas encore identifié les raisons de ce recul mais il peut s’expliquer, en partie, par l’amélioration des repas servis au sein des crèches et le développement des activités physiques en leur sein. Autre facteur possible : l’augmentation du nombre de nourrissons allaités aux États-Unis. En effet, nourrir au sein un bébé diminuerait le risque de surpoids chez l’enfant.

Le 27 février, le gouvernement américain présentera un nouvel étiquetage indiquant la valeur nutritionnelle des produits alimentaires.

> Lire aussi : Le surpoids favoriserait une puberté précoce

Damien Rigat