Étude : il existerait bien une vie après la mort

Selon une étude britannique, notre conscience resterait active, même quand le cerveau et le cœur ne fonctionnent plus. La preuve, enfin, de l'existence d'une vie après la mort ?

0
2854
Le cerveau s'étaient quelques secondes après l'arrêt du coeur, mais cela n'empêcherait pas la conscience de rester active. ©ShutterStock

Existe-t-il une vie après la mort ? Si dans certaines croyances, cela n’a jamais fait aucun doute, il manquait encore une réponse scientifique à cette question. Des chercheurs de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni, ont peut-être déniché la preuve que, oui, notre âme poursuit sa route au-delà de la mort. L’étude intitulée AWARE, publiée dans la revue Resuscitation, a été menée sur 2 060 patients ayant subi une crise cardiaque. Parmi les survivants, 40 % ont décrit « une sensation étrange de conscience » lorsqu’ils étaient en état de mort clinique, c’est-à-dire avant que leur cœur ne se remette à battre.

Certains ont pu décrire avec précision des événements s’étant produits jusqu’à trois minutes après l’arrêt de leur cœur. Les scientifiques rapportent notamment le cas d’un patient britannique âgé de 57 ans, ayant eu l’impression d’avoir assisté à sa propre mort, lors d’un arrêt cardiaque. « L’homme a décrit tout ce qui s’était passé dans la salle, mais surtout, il a entendu deux bips d’une machine qui fait un bruit à intervalles de trois minutes. Nous pouvons donc calculer combien de temps a duré l’expérience. Il semblait très crédible et tout ce qu’il a dit qu’il lui était arrivé s’était réellement passé », raconte le Dr Sam Parnia, auteur de l’étude, au Telegraph.

Un état de conscience qui dure

On sait que le cerveau s’éteint dans les 20 à 30 secondes suivant l’arrêt du cœur. Mais, apparemment, cela n’empêche pas la conscience de rester active pendant plusieurs minutes. Les chercheurs jugent les résultats de cette étude « importants ». En effet, jusqu’à présent, les expériences de « vie après la mort » décrites par certains patients étaient en fait des hallucinations qui survenaient avant que le cœur ne s’arrête ou juste après qu’il ne redémarre. Elles ne correspondaient pas à des « événements réels lorsque le cœur du patient ne battait plus », explique le même médecin au Daily Mail

Julie Toury