Faux billets : 9 M€ « fabriqués » clandestinement en Seine-et-Marne

La plus grosse fabrique de faux billets de France vient d'être démantelée. Depuis 2007, 350 000 coupures y ont été imprimées, soit la somme d'environ 9 millions d'euros.

0
4090
La plus grosse fabrique de faux billets démantelée à Courtry, en Seine-et-Marne ©Sipa

Il s’agit d’une saisie record en France. Un atelier clandestin de fausse monnaie a été démantelé, lors d’une opération coup de poing menée mardi et mercredi par l’Office central pour la répression de la fausse monnaie (OCRFM), à Courtry, en Seine-et-Marne. Dirigée par un imprimeur professionnel âgé de 50 ans, cette officine aurait émis, depuis 2007, près de 350 000 fausses coupures de 10, 20, 50 et 100 euros, représentant la somme de 9 millions d’euros.

Une fabrique de faux billets, digne d’un scénario de série

Les habitants de ce petit village d’apparence paisible, situé entre Meaux et Chelles, ont dû être drôlement surpris en apprenant qu’à quelques mètres de leur habitation s’est déroulé le plus grand trafic de faux billets jamais découvert en France, digne d’un scénario de série américaine ! La fabrique, d’une superficie approchant les 40 mètres carré, était dissimulée derrière une paroi en béton, accessible par une porte dérobée d’un local attenant au pavillon du « grand chef ». Le tout, situé dans une zone occupée par la communauté des gens du voyage, où les policiers s’étaient déjà rendus il y a trois semaines pour tenter de mettre la main sur le local en question.

Des mois d’investigation

Cela faisait des mois que les enquêteurs de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) étaient « sur le coup ». Plusieurs dizaines de petits revendeurs avaient déjà été apréhendés dans le cadre d’une commission rogatoire nationale délivrée par la juridiction interrégionale spécialisée de Paris. « Les revendeurs achetaient au grossiste les billets à environ 10 % de leur valeur nominale. Ils se faisaient ensuite une marge en le négociant auprès de petits voyous, de gens du voyages et de particuliers peu scrupuleux », nous apprend une source policière. Environ 90 % de ces faux billets ont été écoulés en France, le reste à l’étranger.

Les billets d’euros, les plus sécurisés au monde ?

Les policiers ont qualifié cette fabrique de faux billets « d’exceptionnelle ». Selon eux, les coupures étaient « de bonne facture », dotées de bandes holographiques « parfaitement imitées », autrement dit, résultaient d’un vrai travail de pro ! Pourtant, les billets d’euros sont considérés comme les plus sécurisés au monde, donc, en principe, les plus difficiles à reproduire. Ils sont protégés par 63 points de sécurité, dont un hologramme sophistiqué et une bande magnétique inédite.

Selon l’ampleur du business, les faussaires encourent jusqu’à trente ans de réclusion criminelle. La fabrique démantelée à Courtry est considérée comme la plus importante jamais mise à jour en France et la deuxième en Europe. Autant dire que l’imprimeur et ses « petites mains » risquent gros.

Julie Toury