Femmes enceintes : ne plus manger pour deux

Les femmes enceintes devraient manger moins! C'est ce que révèle une étude britannique, qui met en avant les risques pour une mère et son enfant, en cas d'obésité.

0
4935

Toutes les femmes enceintes ont dû entendre ce discours lors d’un repas de famille : « Reprends-en, tu dois manger pour deux maintenant ». Détrompez-vous ! Une étude britannique a prouvé qu’un régime équilibré était bien plus bénéfique, pour la mère et le bébé, que de manger avec excès.

L’étude a débuté à cause d’un constat alarment, dévoilé en 2006. La moitié des femmes britanniques, en âge de procréer, sont obèses ou en surpoids. De plus, 20 à 40% des femmes européennes et américaines prennent plus de poids que ne le recommande le corps médical, durant leur grossesse.

Or, il est connu que l’obésité est dangereux pour la maman, puisque le risque de décès durant la grossesse ou l’accouchement est accru. C’est également mauvais pour le bébé, puisque celui-ci a plus de chance de devenir obèse, y compris à l’âge adulte.

Grossesse et régime alimentaire peu calorique

L’étude, publiée dans le British Medical Journal, préconise un régime alimentaire peu calorique, qui serait la meilleure solution pour éviter toute complication pour la mère et l’enfant.

«Beaucoup de femmes craignent de porter atteinte à la santé de leur enfant si elles font un régime pendant leur grossesse, explique le Dr Shakila Thangaratinam qui a piloté ce travail. Notre étude devrait leur montré qu’il n’y a aucun danger et que le poids de leur bébé ne sera pas affecté.»

Ce « régime » consiste à limiter le nombre de calories ingérées, à équilibrer l’apport en sucre, protéine et graisse et de manger des fruits et légumes. Selon les chercheurs de la Queen Mary University of London, cette méthode serait la meilleure, loin devant l’exercice physique ou les deux solutions combinées.

Les bénéfices pour la santé

Les données collectées auprès de 7 200 femmes ont prouvé qu’une alimentation équilibrée réduisait la prise de poids de 4 kilos en moyenne, contre 0.7 avec de l’exercice physique et 1 kilo avec les deux méthodes combinées.

Le risque de pré-éclempsie (hausse de la tension artérielle au-dessus de 14/9) est réduit d’un tiers chez la maman, et le risque d’une naissance prématurée baisse également. Les « chances » d’être victime de diabète gestationnel diminuent de 61%.

Les bébés aussi sont gagnants dans cette histoire, puisque le risque de blessure à l’épaule lors de l’expulsion est fortement réduit, si la maman a un régime sain durant sa grossesse.

Mathilde Bourge