Festival de Cannes : un nouveau vol vient perturber les festivités

En plein festival de Cannes, les bagages d’un magnat chinois ont été volés dans un hôtel de la ville. La victime, Zhang Qiang, critique la sécurité publique française et déconseille de venir assister à l’événement cannois.

0
1600
Ces derniers jours, plusieurs incidents sont venus ternir l'image du festival de Cannes. - Crédit photo : Lionel Urman ©Sipa

Pluie, coups de feu, vols. Au festival de Cannes, la morosité a remplacé les paillettes. Après l’attaque d’un déséquilibré et le vol de bijoux Chopard, un nouvel incident est venu gâcher la fête du cinéma. Le numéro deux du China Film Group, Zhang Qiang, s’est fait volé ses bagages. Il s’est empressé de raconter son histoire sur son microblog. Il critique le fonctionnement de la sécurité publique en France.

Vol à Cannes : « La sécurité publique en France est vraiment mauvaise »

Le magnat chinois logeait dans un hôtel Pierre et Vacances. En revenant d’un dîner, il a constaté que sa porte avait été forcée et que ses bagages n’étaient plus là. « La sécurité publique en France est vraiment mauvaise, a-t-il déclaré sur son blog. Face à une telle arrogance, il ne faut pas hésiter à ne pas venir à un tel festival ! »

Lire aussi : Cannes, le festival des coups d’éclats

Zhang Qiang reproche à la direction de l’hôtel d’avoir été « indifférente » : « [Elle] m’a demandé d’appeler la police moi-même (…), ne voulant même pas venir jeter un coup d’œil dans mon appartement ! » Samedi 17 mai, l’homme nuance ses propos dans un nouveau message, expliquant que les autorités de Cannes, la direction du festival et de son hôtel lui avaient présenté des excuses.

Festival de Cannes : les incidents s’enchaînent

Cette mésaventure passe d’autant moins inaperçue qu’elle fait suite à une série d’incidents, tous survenus en plein festival de Cannes. Dans la nuit du 16 au 17 mai, des bijoux Chopard d’une valeur totale de 1,4 million de dollars ont été dérobés dans un coffre d’hôtel. Quelques heures plus tard, dans la soirée du 17 mai, un déséquilibré de 42 ans armé d’un pistolet à grenaille et d’une grenade factice a tiré des coups de feu en l’air, non loin du plateau du « Grand Journal » (Canal +). De petits couacs qui viennent ternir l’image glamour et parfaite du célèbre festival français.

 

VIDÉO – Vent de panique sur le plateau du Grand Journal le 17mai :

© France TV info – Dailymotion

Cécile David