Fin de l’histoire entre les Restos du Cœur et Coluche

Les Restos du Coeur n’utiliseront plus la photo de Coluche pour leur communication. Le photographe réclame aujourd’hui des droits d’auteur.

0
1708
Aucun accord écrit n'aurait été conclu entre Coluche et son photographe Gaston Bergeret. ©DR

C’est l’histoire d’un conflit, entre un photographe et les Restos du Cœur, autour de la célèbre photo en noir et blanc de Coluche, bras croisés. Une histoire qui ne fait rire personne, surtout pas les protagonistes. Gaston Bergeret, l’auteur du portrait, réclame des droits d’auteur à l’association qui utilise le cliché pour sa communication (affiches, tournées des Enfoirés, site internet…) depuis 1985, année de sa création. Le photographe est même allé plus loin en engageant une procédure judiciaire.

Mardi 2 juillet, le conseil d’administration des Restos a envoyé un mail aux 115 antennes locales pour leur demander de retirer la photo de Coluche qui trône au-dessus des bureaux. Celle-ci a, en même temps, été supprimée du site internet. Mais les efforts s’arrêteront là. Pour l’association, qui œuvre pour fournir des repas aux plus démunis, pas question de verser un centime à Gaston Bergeret, en tout cas, pas « sans une décision de justice ».

Au final, qui a les droits sur la photo de Coluche ?

Les Restos du Coeur arguent qu’un accord verbal aurait été conclu entre Coluche et le photographe. Problème : en théorie, sans contrat écrit, l’auteur dispose de tous les droits sur son œuvre. À moins que les droits aient été cédés dans le cadre de la création de l’association, comme l’avance une source interne, citée par Le Parisien… Bref, c’est un véritable imbroglio qui attend la Justice. En attendant, les affiches de Coluche, décédé en juin 1986 dans un accident de moto, ont été remplacées par le portrait de bénévoles, accompagné de la célèbre phrase de l’humoriste « On compte sur vous ». Un message dont personne ne se disputera les droits !  

Thomas Levy