Financièrement, mieux vaut avoir une fille qu’un garçon

Sur le long terme, une fille coûterait moins cher qu'un garçon. Voilà, en résumé, les résultats d'une étude britannique montrant que les hommes adultes sont plus nombreux que les femmes à recevoir de l'argent de la part de leurs parents.

0
4793
Chez les 35-44 ans, 32 % des hommes interrogés admettent vivre encore chez leurs parents, contre 9 % des femmes. - crédit photo : Phase4Studios ©ShutterStock

Les idées reçues en matière de genre sont nombreuses. Parmi elles : la femme serait, en général, un gouffre financier. Une fois n’est pas coutume, une étude envoie valser ce cliché (pour en appuyer un autre ?). Selon une enquête réalisée par Harris Poll auprès de 2 000 adultes américains et publiée la semaine dernière dans le Time, avoir une fille serait moins coûteux qu’avoir un garçon. D’après cette étude, 41 % des hommes reçoivent encore de l’argent de la part de leurs parents (chez les adultes dont les parents sont en vie), contre 31 % des femmes.

Génération Tanguy

Cette dépendance est nettement plus répandue chez les jeunes. Parmi les 18-34 ans, les trois quarts des hommes avouent bénéficier d’un soutien financier de papa-maman, contre 59 % des femmes. Chez les 34-45 ans, 35 % des hommes et seulement 18 % des femmes bénéficient toujours d’une aide.

Si ces travaux contredisent un poncif, ils en valident un autre : les mâles auraient-ils plus de difficultés à couper le cordon ? 32 % des hommes âgés entre 35 et 44 ans interrogés admettent vivre encore chez leurs parents, souvent parce qu’ils sont au chômage. Cette proportion passe à 9 % chez les femmes du même âge, qui, elles, expliquent retourner au domicile familial pour aider leurs aînés au quotidien. Ce développement du syndrome « Tanguy » (en référence au film de d’Étienne Chatiliez) représente un certain coût. Selon une étude parue en mai 2013 dans le Wall Street Journal, loger son enfant coûterait aux parents entre 8 000 et 18 000 dollars par an (entre 6 000 et 13 000 euros environ).

Les femmes rendent davantage visite à leurs parents

Autre constat : les filles soutiendraient un peu plus leurs aînés. La majorité d’entre elles (60 %) leur rendraient régulièrement visite et participeraient à leurs soins lorsqu’ils vieillissent. Les hommes, eux, seraient moins de 50 % à adopter le même comportement. En revanche, ils seraient davantage prêts à supporter financièrement leurs parents âgés. Selon les auteurs de l’étude, ces différences de comportement seraient la conséquence de deux conditionnements distincts entre les genres.

Sur le même thème :

Lire aussi : Des scènes cultes de films rejouées en inversant les genres (vidéo)

Lire aussi : Pourquoi les jouets sexués ont-ils toujours la cote ?

Cécile David