Fukushima : Google Street View photographie les ruines du tsunami

Les équipes de Google Street View ont pu photographier la ville de Namie, située dans la préfecture de Fukushima. Deux après le tsunami, l’atmosphère y est fantomatique. Les images sont accessibles sur le site depuis hier.

0
3181
Le maire de Namie, Tamotsu Baba, espère que ces photographies permettront aux anciens habitants de conserver une attache avec leur ancien lieu de résidence. Crédit photo : Google Street View ©DR

Avant, environ 21 000 habitants peuplaient la ville japonaise de Namie. Puis, il y a eu le 11 mars 2011 : un séisme (magnitude de 8,9) survient au large des côtes nord-est du pays, suivi d’un tsunami ravageur. Après, Namie est une zone désertée. Depuis le 28 mars, les internautes peuvent découvrir la ville fantôme grâce aux images diffusées par Google sur sa cartographie Street View. L’équipe du géant de l’internet a pu se rendre sur place au mois de mars pour photographier les ruines.

Namie, ville fantôme depuis deux ans

Située à 80 kilomètres de Fukushima, la ville a été abandonnée depuis l’accident nucléaire. L’équipe de Google Street View est venue photographier ses ruines au cours du mois de mars, munie de sa caméra à 360°. Bâtiments à l’abandon, tuiles dispersées sur la route, pas une seule voiture en marche, pas un habitant… seuls des oiseaux s’aventurent sur les lieux, perchés sur des fils électriques.

Google Street View à Namie : des images pour se souvenir et peut-être revenir

Interrogé par le Financial Times, le maire de Namie, Tamotsu Baba, espère que ces photographies permettront aux anciens habitants de conserver une attache avec leur ancien lieu de résidence. « De cette manière, ils peuvent se souvenir, et peut-être maintenir l’espoir de revenir. »

> À date, le bilan humain du tsunami est de plus de 15 000 morts et 3 000 disparus.

Voici quelques images capturées par l’équipe de Google Street View :

La ville de Namie – Japon – Mars 2013 © Google Street View

Cécile David