Greffe d’utérus : un premier essai clinique fin 2016

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de donner son feu vert aux greffes d'utérus en France. Un premier essai clinique est programmé fin 2016 au CHU de Limoges.

0
929
Greffe d’utérus : un premier essai clinique fin 2016 ©ShutterStock

Cette annonce est un espoir pour les femmes dont la stérilité est liée à l’utérus. Selon Le Monde, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) vient de donner son accord pour effectuer un essai clinique pour les greffes d’utérus en France. Le premier se tiendra fin 2016 au CHU de Limoges. Huit femmes atteintes de stérilité d’origine utérine recevront l’utérus de donneuses en état de mort cérébrale. « L’objectif principal de cette étude de faisabilité est de démontrer que les bénéfices sont supérieurs aux risques, c’est-à-dire que ces transplantations peuvent permettre d’aboutir à des naissances, sans complications majeures », explique au journal Tristan Gauthier, gynécologue obstétricien au CHU de Limoges.

Cependant, les femmes ayant eu une ablation utérine suite à une hémorragie de la délivrance ne pourront pas participer à l’essai, car l’ANSM a tenu à ce que l’étude soit limitée aux femmes qui n’ont jamais eu d’enfant. « La sélection est aussi drastique pour minimiser les risques de complications médicales, chirurgicales et obstétricales », précise Le Monde

Pas de naissance avant 2018

Mais avant de pouvoir assister à la naissance d’un bébé issu de ce processus, il faudra être patient. La première greffe se fera « au mieux fin 2016, avec l’inconnue de la durée d’attente d’un greffon compatible. Ensuite, il faudra attendre un an que la greffe soit stabilisée, avant de mettre en route une grossesse par fécondation in vitro. La première naissance n’aura donc pas lieu avant fin 2018 », affirme le médecin.

La greffe d’utérus a déjà fait ses preuves en Suède. En 2014, neuf patientes en ont bénéficié et quatre bébés sont nés depuis. 

Lire aussi :

Cerveau : la greffe de neurones bientôt possible ?

– Un premier bébé naît après une greffe d’utérus

Marine Vautrin