Grève des médecins : une semaine compliquée pour les patients

Les urgentistes entament aujourd'hui une grève illimitée. Ils seront suivis par les généralistes, puis les spécialistes. En clair, restez bien au chaud à la maison pour éviter d'attraper la grippe ou la gastro dans les jours à venir.

0
1255
Les patients pourront être soignés pendant les fêtes de fin d'année, assure la ministre de la Santé, Marisol Touraine. - crédit photo : Alliance ©ShutterStock

Petit conseil : couvrez-vous et lavez-vous régulièrement les mains pour éviter de tomber malade cette semaine. Car il sera compliqué de prendre rendez-vous avec un médecin en cette fin d’année 2014. L’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) appelle à la grève illimitée à partir de ce lundi 22 décembre. Le mouvement sera suivi mardi par les généralistes libéraux et certains spécialistes. Pourquoi les professionnels de la santé font-il grève ? Un service minimum sera-t-il assuré ? Réponses.

Grève : les urgentistes exigent une valorisation de leurs heures supplémentaires

L’Amuf réclame de meilleures conditions de travail. Elle demande notamment une réduction du temps de travail à 48 heures par semaine, au lieu de soixante actuellement, et une valorisation des heures supplémentaires. L’association estime à 80 % le taux de grévistes aujourd’hui. Mais l’impact sur la prise en charge des patients devrait être réduit ce lundi puisque les urgentistes peuvent être assignés et la mobilisation se traduira simplement par le port d’un badge.

Grève : les généralistes s’opposent à la généralisation du tiers payant

Mardi 23 décembre, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) appelle les généralistes libéraux à faire grève eux aussi. La mobilisation pourrait durer jusqu’à la fin de l’année. Les médecins critiquent certaines modalités du projet de loi Santé, qui sera examiné à partir de 2015. Ils s’opposent, entre autres, à la généralisation du tiers payant d’ici 2017 (le patient n’avancera plus d’argent) car ils craignent que certaines personnes abusent du système en prenant rendez-vous avec leur médecin pour le moindre petit problème. Ils redoutent également que la part pour le moment payée par les patients ne leur soit versée que très tardivement par la Sécurité sociale.

Des syndicats de spécialistes, comme ceux des pédiatres et des cardiologues, suivront également le mouvement.

Les cliniques privées entameront une grève début janvier

Et ce n’est pas tout. À partir du 5 janvier, la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) appellera les cliniques à une grève illimitée. Elle s’oppose elle aussi au projet de loi Santé car s’il est validé, les établissements devront assurer intégralement – et non plus partiellement – les quatorze missions de service public (formation, urgence, permanence des soins, etc.), le tout sans dépassement d’honoraires .

Grève des médecins : un service minimum assuré

Pour apaiser les tensions, la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a décidé de reporter l’examen du fameux projet de loi au printemps et a ré-ouvert les discussions avec les professionnels de santé début décembre.

La ministre tient à rassurer les Français. Elle promet que les patients pourront être soignés pendant les fêtes de fin d’année. Les Agences régionales de santé prendront les mesures nécessaires pour réquisitionner les médecins en fonction des besoins.

Lire aussi :

Noël : où trouver un médecin généraliste ?

Les médecins de garde menacent de faire grève

 

Damien Rigat