Grève massive des pharmaciens le 30 septembre

Les pharmaciens seront en grève mardi 30 septembre pour protester contre le projet de loi sur les professions réglementées. Le mouvement devrait être largement suivi.

0
2841
Les pharmaciens craignent la fermeture des officines les moins rentables. ©ShutterStock

Les pharmaciens sont en colère et le font savoir. Mardi 30 septembre, un grand nombre d’officines resteront portes closes, un peu partout en France, suite à l’appel à la grève lancé par les syndicats. Le mouvement a déjà débuté jeudi 25 septembre pour les pharmacies de garde.

Une grève, pour quel motif ? Les pharmaciens dénoncent le projet de loi du gouvernement sur les professions réglementées. Plusieurs points de la réforme les inquiètent. D’abord, l’autorisation donnée aux grandes surfaces de vendre des médicaments. Pour Gilles Bonnefond, président de l’USPO, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officines, « il y a un risque d’amalgame entre santé et consommation ».

Autre sujet de tension : l’ouverture du capital des officines à des investisseurs. Avec cette mesure, les pharmaciens craignent la fermeture des pharmacies les moins rentables, et évoquent d’une menace pour leur indépendance financière.

Grève des pharmaciens : service minimum garanti ?

Les pharmacies seront donc fermées « pour alerter la population sur les risques que le projet de loi fait porter sur la santé publique. » Néanmoins, les usagers ne devraient pas pâtir de cette grève. Préfectures et Agences régionales de santé prévoient de réquisitionner des pharmaciens – contre leur gré – pour assurer la vente de médicaments aux personnes qui en auront besoin.

Selon les syndicats, le mouvement devrait être largement suivi. « Dans des régions comme la Drôme, le Nord-Pas de Calais, ou l’Ardèche, plus de 90 % des officines seront fermées. A Paris, la moitié des officines pourraient suivre le mouvement », anticipe Gilles Bonnefond.

Thomas Levy