Grossesse : boire trop de café, un danger pour le cerveau du bébé ?

Selon des chercheurs de l’Inserm, boire du café pendant la grossesse serait néfaste pour le bébé. Même à dose raisonnable, la caféine pourrait perturber le développement du cerveau.

0
2928
Chez la souris, la caféine s’accroche sur les neurones du bébé et les ralentit dans leur progression. Reste à savoir si l'effet est le même chez l'être humain. - crédit photo : Jupiterimages - Getty Images ©ThinkStock

Les femmes enceintes le savent, boire de l’alcool nuit fortement à la santé du bébé. Une nouvelle étude, parue le 7 août dans la revue Science Translational Medicine, pointe du doigt une nouvelle boisson : le café. Selon des chercheurs en neuroscience de l’Inserm, la caféine peut affecter le cerveau de l’enfant durant la grossesse.

Deux-trois cafés par jour suffisent pour affecter le cerveau du bébé

Pour mener à bien leurs travaux, les scientifiques ont reproduit chez des souris femelles en gestation une consommation de café équivalente à deux ou trois tasses chez l’être humain. Ils ont remarqué que les bébés des animaux témoins étaient beaucoup plus sensibles que la moyenne aux crises d’épilepsie. Et une fois devenus adultes, ils ont présenté « d’importants problèmes de mémoire spatiale, c’est-à-dire des difficultés à se repérer dans leur environnement », précise Christophe Bernard, directeur de recherche à l’Inserm (Institut de Neurosciences des Systèmes/Université Aix Marseille) et principal auteur de l’étude.

> Lire aussi : Femmes enceintes – mal dormir serait mauvais pour la santé du bébé

Pourquoi la caféine est-elle néfaste pour le cerveau de l’enfant ? Lorsque le cerveau du nourrisson est en développement, certaines cellules se développent dans une région cérébrale puis migrent vers une autre. C’est notamment le cas des neurones, qui se dirigent vers l’hippocampe pour faire fonctionner la mémoire. Le problème c’est que la caféine s’accroche sur eux et les ralentit dans leur progression. Tout le fonctionnement cérébral est ainsi perturbé. Un « retard de migration » qui va « se répercuter tout au long du développement et entrainer des effets néfastes sur le cerveau des souris à la naissance (excitabilité cellulaire et sensibilité aux crises d’épilepsie) et à l’âge adulte (perte de neurones et problèmes de mémoire) », explique l’Inserm dans un communiqué diffusé sur son site officiel.

Café et grossesse : la nécessité d’études sur le long terme

Au regard de l’importante consommation de café des femmes enceintes en France et des données observées chez la souris, les auteurs de l’étude souhaitent poursuivre leurs recherches afin d’évaluer plus précisément l’impact de la caféine sur les nouveau-nés à court et « surtout » à long terme.

« Cette étude est la première démonstration des effets néfastes de l’exposition à la caféine sur le cerveau en développement. Bien qu’elle pose la question de la consommation de café chez la femme enceinte, il est nécessaire de rappeler la difficulté, liée à l’utilisation de modèles animaux, d’extrapoler ces résultats à la population humaine sans prendre en compte les différences de développement et de maturation entre les espèces », nuance tout de même Christophe Bernard.

VIDÉO – Caféine et migration des neurones chez la souris :


© Inserm – Christine Métin, Christophe Bernard

> Lire aussi : Boire trop de café favoriserait la prise de poids

Damien Rigat