Grossesse : le sport muscle le cerveau du bébé

Selon une étude canadienne, pratiquer une activité physique modérée pendant la grossesse permettrait au cerveau du bébé de mieux se développer.

0
3528
Les chercheurs espèrent que leur étude incitera les femmes enceintes à pratiquer une activité physique modérée. ©ThinkStock

Faire un peu de sport pendant la grossesse serait un bon moyen de limiter le risque de complication. Selon une étude de l’université de Montréal (Canada), cette habitude serait même bénéfique pour le cerveau du bébé.

Les résultats de ces travaux ont été présentés le 10 novembre à l’occasion du Congrès 2013 de la Société des neurosciences.

Pratiquer un sport modéré stimulerait certaines zones cérébrales chez le bébé

Les chercheurs ont demandé à six femmes enceintes de pratiquer une activité physique modérée durant les douze premières semaines de leur grossesse, à raison de trois fois par semaine (séance de 20 minutes minimum). Un second groupe a été formé : aucun exercice particulier ne lui a été demandé. Les femmes du premier cercle se sont dépensées, en moyenne, 117 minutes par semaine, contre 12 minutes pour celles du second.

L’équipe de scientifiques a ensuite mesuré l’activité cérébrale des bébés 8 à 12 jours après leur naissance. 124 électrodes souples ont été placées sur leur tête. « Puis nous avons attendu qu’ils s’endorment dans les bras de leur mère », explique Elise Labonté-Lemoyne, auteur de l’étude. Bilan : « Le système d’activation cérébrale est plus mature chez les bébés dont la mère a été physiquement active pendant la grossesse, ce qui laisse entendre que leur cerveau s’est développé plus rapidement que celui des autres. » Le cerveau des bébés du premier groupe présenterait, par ailleurs, davantage d’activité dans les régions dédiées à la parole, au langage et à la mémoire.

Sport et grossesse : les recherches se poursuivent

Il s’agit du « premier essai clinique aléatoire réalisé avec des humains dans le but de mesurer objectivement l’effet direct de l’exercice pendant la grossesse sur le cerveau du fœtus », note le directeur des travaux, le Pr Dave Ellemberg. Il espère que cette étude incitera les femmes enceintes à pratiquer un sport, à condition, bien sûr, qu’il soit sans risque (exemple : gym douce, natation, etc.).

> Lire aussi : Les femmes qui ronflent font de petits bébés

Comme le souligne le système de santé publique britannique (le NHS), l’étude n’a été menée que sur un nombre très réduit de femmes (douze) et n’a pas été approuvée par d’autres scientifiques. De plus, l’observation de l’activité cérébrale n’est pas suffisante. Les chercheurs de l’université de Montréal le savent. Ils sont en train d’analyser le développement cognitif, moteur et langagier des nourrissons afin de confirmer, ou non, leur première hypothèse.

> Lire aussi : Grossesse et piscine – des risques d’allergie pour les bébés

Damien Rigat