Grossesse pathologique : des risques sous-estimés

Selon un sondage réalisé pour la Fondation PremUp, deux femmes sur trois sous-estiment les risques d’une grossesse pathologique. Les spécialistes insistent sur l’importance du suivi médical pour éviter les complications.

0
1786
Un suivi médical négligé fait partie des principales causes de grossesse pathologique. ©ThinkStock

Être enceinte nécessite une certaine vigilance. Selon un sondage OpinionWay mené pour la Fondation PremUp, deux femmes sur trois n’ont pas conscience du risque qu’une grossesse peut représenter pour leur santé et celle de leur bébé. Et pour un tiers des sondées, la grossesse n’est pas considérée comme une période à risque.

Des problèmes surviennent dans 20 % des grossesses

Cet état d’esprit est la conséquence d’un « défaut d’information auprès du public [concerné] », analyse Danièle Evain-Brion, pédiatre et directrice de la Fondation PremUp (Metronews). Elle rappelle que les complications liées à la grossesse concernent 20 % des cas chaque année. Les futures mamans ne sont pas conscientes du risque qu’elles encourent en ne respectant pas certaines règles simples. La plupart d’entre elles savent qu’il est mauvais de fumer ou de boire de l’alcool mais elles sont nombreuses (92 %) à ignorer, par exemple, qu’un suivi médical négligé fait partie des principales causes de grossesse pathologique.

> Lire aussi : Grossesse – attention aux traitements à base de plantes

On appelle « grossesse pathologique » une grossesse durant laquelle se produit un événement présentant un risque soit pour la mère, soit pour l’enfant, soit pour les deux. Une complication qui peut survenir, par exemple, après l’apparition d’un diabète gestationnel (intolérance soudaine au sucre) ou d’une toxémie gravidique (maladie rénale avec hypertension). Elle peut toucher toutes les femmes mais plus particulièrement celles ayant des antécédents de problèmes de santé. Afin de limiter au maximum les risques, il est important de consulter un médecin dès la programmation de la grossesse pour réaliser un bilan approfondi (poids, antécédents, environnement familial, etc.).

Renforcer le suivi des grossesses pathologiques

Une grossesse pathologique peut entraîner un accouchement prématuré ou être à l’origine d’une déficience physique ou mentale chez l’enfant. Elle peut aussi provoquer un retard de croissance intra-utérin (RCIU), une conséquence méconnue et qui représente pourtant 10 % des cas de grossesses compliquées. Seulement 50 % des femmes connaîtraient les problèmes les plus complexes et les plus fréquents auxquels doivent faire face les équipes médicales. La moitié d’entre elles sous-estime leur prévalence.

Afin de limiter les risques, la Fondation PremUp préconise la mise en place d’un suivi renforcé des grossesses à risque. Elle recommande, par ailleurs, un accès aux soins facilité pour les femmes aux revenus les plus modestes et le développement des recherches sur le sujet, afin de mieux comprendre l’origine des différentes complications.

> Lire aussi : Grossesse et piscine – des risques d’allergie pour les bébés

Damien Rigat