H1N1 : un chercheur crée un virus invincible

Aux États-Unis, un chercheur américain a conçu une version extrêmement virulente du virus de la grippe H1N1. Cette manipulation, dangereuse, est critiquée par de nombreux spécialistes.

0
9909
Le Pr Kawaoka a décidé de manipuler le virus H1N1 pour savoir de quelles manières il peut muter et ainsi mettre au point des vaccins plus performants. ©ShutterStock

Est-ce un fake ? Le synopsis d’un nouveau film de science-fiction ? Pas du tout. Un chercheur américain, un vrai, a créé une nouvelle forme du virus de la grippe H1N1. Cette version mutante serait très virulente, voire invincible. À l’origine de cette conception : Yoshihiro Kawaoka, un virologue de l’université de Wisconsin-Madison (États-Unis).

Créer un virus très puissant pour concevoir de meilleurs vaccins

Les travaux du Pr Kawaoka inquiètent. Le chercheur se défend, expliquant au journal The Independant que son étude pourrait permettre de mettre au point des vaccins capables de combattre les formes les plus mortelles de la grippe. En clair, en créant un virus particulièrement menaçant, il est à même de se pencher sur l’élaboration d’un traitement ultra performant.

Notre système immunitaire peut lutter contre le virus de la grippe H1N1 mais notre organisme ne serait pas capable de venir à bout de certaines formes plus virulentes de la grippe. Le Pr Kawaoka a décidé de prendre les choses en main en manipulant le virus de la pandémie de 2009 pour savoir de quelles manières il peut muter et ainsi mettre au point des vaccins plus performants. Il remarque que ce sont les hémagglutinines du virus qui le rendent résistant aux traitements car elles se modifient régulièrement.

Les résultats préliminaires de cette étude, qui devrait être prochainement publiée, ont été présentés à un comité d’experts de l’organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon certains experts, le Pr Kawaoka aurait pris de trop gros risques

Sans remettre en cause l’intérêt des recherches du Pr Kawaoka, plusieurs experts en virologie estiment que la méthode employée par le scientifique est dangereuse. Ils critiquent notamment le fait que l’expérience a été menée dans un laboratoire de niveau de confinement 2, alors qu’elle aurait dû être effectuée dans un laboratoire de confinement 4.

En juin, le professeur avait également joué aux intrépides en recréant un virus proche à 97 % de la grippe espagnole. Le virus a tué près de 100 millions de personnes lors de la pandémie de 1918.

Sur le même thème :

Lire aussi : États-Unis – Un laboratoire égare un virus mortel

Lire aussi : Sibérie – Le réveil d’un virus géant

Damien Rigat