Heure d’été : le changement d’heure fête ses 40 ans

Dans la nuit du 26 au 27 mars, les Français passeront à l’heure d’été : à 2 heures du matin, il sera donc 3 heures. À l’occasion de son 40ème anniversaire, on vous dit tout sur ce petit décalage horaire qui rend parfois dubitatif.

0
2095
Le passage à l'heure d'été c'est ce week-end ©ShutterStock

Alerte : le changement d’heure est de retour ! Le passage à l’heure d’été aura lieu ce week-end, dans la nuit du 26 au 27 mars et cette fois-ci on perd une heure. Le but de ce changement ? Faire des économies d’énergie. L’effet secondaire ? Un léger décalage horaire qui peut jouer sur la santé des plus fragiles.

Le changement d’heure, ça date de quand ?

En France, le tout premier changement d’heure est mis en place le 14 juin 1916. La mesure est proposée par le député André Honnorat, dans le but de conserver du charbon pour l’effort de guerre. Très vite abandonné, il refait surface en 1975 sous le gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing, afin de réduire la consommation d’énergie pour faire face à la crise pétrolière. Dubitatifs, les Français ont donc remonté les aiguilles de leur montre pour la toute première fois, le 28 mars 1976. Toutefois, l’idée du changement d’heure ne date pas d’hier. Le célèbre Benjamin Franklin, ancien président américain, avait déjà soumis l’idée de manière à faire des économies sur la consommation de… bougies et chandelles.

Qui décide de la date du passage à l’heure d’été ?

Depuis 40 ans, tous les passages à l’heure d’été se font le dernier week-end du mois de mars. Vous vous demandez peut-être : qui décide de cela ? Et bien c’est simple, il s’agit de l’UE. En effet, depuis 1998, les membres de l’Union Européenne ont choisi d’harmoniser les dates du changement d’heure (heure d’été et heure d’hiver) afin de coordonner le marché. Tous les 5 ans, l’instance européenne rappelle donc les dates et heures exactes des prochains changements d’heure. Maintenant, vous n’avez plus aucune excuse pour oublier de mettre à l’heure vos montres.

Le changement d’heure, ça sert à quoi ?

C’est l’éternelle question qui revient deux fois par an. L’objectif du changement d’heure est de faire correspondre les horaires d’activité avec les horaires d’ensoleillement, afin de limiter les dépenses d’éclairage non naturel. En clair, faire des économies d’énergie. En France, on constate que la plupart des activités humaines sont plus importantes en fin de journée (surtout entre 18h et 21h). C’est entre ce même lapse de temps que l’on comptabilise la plus haute consommation d’électricité. Ce petit décalage horaire permet ainsi de mieux faire coïncider les heures d’éclairage naturel avec la consommation en énergie des citoyens.

Est-ce toujours d’actualité aujourd’hui ?

23% des Français estiment que le changement d’heure permet de réaliser des économies d’énergie importantes, laissant 77% des Français perplexes, rapporte un récent sondage d’OpinonWay pour Direct Energie. Selon l’Ademe, l’agence gouvernementale chargée de trouver des moyens pour alléger la facture énergétique, le changement d’heure joue un réel rôle sur les économies d’énergie. Toutefois, cet argument est aujourd’hui décrié, notamment parce que notre consommation énergétique n’est plus la même qu’avant. Actuellement, beaucoup de Français utilisent des ampoules basse consommation. De ce fait, le bénéfice du changement d’heure pourrait devenir de moins en moins utile. Certains dénoncent également, les effets négatifs qu’aurait ce décalage sur l’environnement. Selon ces derniers, il provoquerait des pics d’ozone. L’activité industrielle et la circulation commençant plus tôt, leurs pointes coïncideraient ainsi avec les heures les plus chaudes de la journée.

Des impacts sur la santé ?

Comme pour les économies d’énergie et l’environnement, les impacts du changement d’heure sur la santé font eux aussi débat. Une petite partie du monde médical y voit une chrono-rupture qui perturberait le rythme biologique en déclenchant des troubles du sommeil, de l’appétit, du travail, voire même de l’humeur. En particulier chez les plus jeunes et les plus âgés, plus sensibles que le reste de la population à ce décalage. Cependant, même si les médecins sont divisés, beaucoup s’attachent à dire qu’il faut au moins 3 à 4 heures de décalage pour que l’organisme humain en souffre.

En France, les habitants sont de plus en plus sceptiques quant à son utilité. Chose étonnante, il existe même des associations anti-changement d’heure, c’est le cas de l’ACHED (Association contre l’heure d’été double). Selon un sondage d’octobre 2015, 52% estiment qu’on devrait l’abandonner définitivement. C’est d’ailleurs le cas dans plusieurs pays, à l’instar de la Russie ou de l’Argentine par exemple. Quoi qu’il en soit, nous changerons bel et bien d’heure ce week-end. Alors même si vos appareils électroniques se mettront à l’heure automatiquement, n’oubliez pas d’avancer les aiguilles de votre montre.

A lire aussi : Heure d’été : 5 conseils pour bien s’y préparer


Laura Bonnet