Hôpitaux : des soins totalement gratuits ?

Le Conseil d'analyse économique (CAE) propose de couvrir entièrement les soins hospitaliers. Rien ne dit, pour l'instant, si les mesures présentées vont être mises en application.

0
1192
Le CAE propose de couvrir à 100 % les soins hospitaliers et de réduire de 8 à 18 euros la franchise à la charge des patients. - crédit photo : monkeybusinessimages ©ThinkStock

Dans un rapport publié le 1er avril, le Conseil d’analyse économique (CAE) – qui dépend de Matignon – met en avant différentes mesures visant à réduire les inégalités d’accès aux soins. Le document a été cosginé par les économistes Brigitte Dormont (Université Paris-Dauphine), Pierre-Yves Geoffard (École d’économie de Paris) et Jean Tirole (École d’économie de Toulouse).

Un remboursement des soins en fonction des revenus

« La dépense de santé est plus élevée en France que dans beaucoup d’autres pays développés, alors que les performances du système ne sont pas exceptionnelles », dénoncent les auteurs du rapport, cités par Le Figaro. Ils rappellent que 1 % des patients doivent débourser 5 000 euros. Pour diminuer ces dépenses, le CAE propose de couvrir à 100 % les soins hospitaliers et de réduire de 8 à 18 euros la franchise à la charge des patients. Pour réduire les inégalités, les auteurs du rapport recommandent également, pour les soins en ville, une « superfranchise », qui dépendrait des revenus.

« En France, tout est fait pour responsabiliser le patient, mais rien pour que les professionnels de santé ne modèrent leur production de soins », estime Brigitte Dormont. Le CAE propose de mettre en place un système permanentant aux agences régionales de santé (ARS) et aux complémentaires santé de signer un accord avec les médecins pour déterminer comment et combien les payer.

Pour le moment, il est difficile de savoir ce que vont devenir ces propositions. Seule certitude : François Hollande souhaite souhaite donner une place importante aux affaires sanitaires dans les mois à venir. Lors de son allocution de lundi, le président a assuré que la santé serait l’une des « priorités » du pacte de solidarité à venir.

Sur le thème :

Lire aussi : Un Français sur cinq ne se soigne pas pour raisons financières

Lire aussi : 20 % des diabétiques renoncent aux soins

Damien Rigat