Il construit une arche de Noé pour la fin du monde

La fin du monde arrive et pas question de se laisser faire. Pour se préparer à toute éventualité, un Chinois a construit une arche de Noé « insubmersible ».

0
2117

Que se passera-t-il le 21 décembre prochain ? Un tsunami géant va engloutir nos terres, une météorite entrera en collision avec notre planète ou bien les extra-terrestres vont-ils débarquer ? Une chose est sûre, la soit disant fin du monde fait énormément parler.

Le Dailymail y consacre même une page entière, dressant le portrait de Lu Zhengai, un jeune Chinois qui ferait tout pour survivre aux éventuelles catastrophes. L’homme a claqué toutes ses économies pour construire… une « arche de Noé » ! Insubmersible, le navire ne lui aurait coûté pas moins de 125 000 euros et «mesure 21,2 mètres de long, 15,5 mètres de large et 5,6 mètres de haut et résiste à 140 tonnes d’eau.» L’homme se dit en tout cas très confiant et prêt pour affronter le jour J.

En Chine, nombreux sont ceux qui croient en la fin du monde. En cause, le film 2012 qui a connu un vif succès dans le pays. «Ce blockbuster est en effet parvenu à accomplir un exploit sans précédent à Hollywood: transmettre une image positive de l’Empire du Milieu. Il est vrai que les Chinois sont souvent mal représentés sur nos écrans. (…) Or, dans 2012, si l’humanité s’en sort c’est grâce aux Chinois! Les gigantesques vaisseaux qu’ils ont construits dans les montagnes tibétaines permettent aux protagonistes d’échapper à la mort. Pour une fois que ce n’est pas les Américains qui sauvent le monde!»

Lire aussi : Les Mayas n’auraient pas prédit la fin du monde pour 2012

Si les experts tentent de rassurer la population mondiale en affirmant qu’aucune catastrophe ne se produira le 21 décembre, les spéculations vont bon train. Parmi les plus populaires :

– La planète Nibiru (qui n’existe pas) devrait entrer en collision avec la Terre

– Le Soleil devrait entrer en éruption et brûler toute la Terre

– L’inversion des pôles magnétiques de notre planète engendrerait de nombreuses catastrophes naturelles

Mathilde Bourge