Il découvre une souris dans sa boîte de haricots verts

Un habitant du 15e arrondissement de Paris a eu la mauvaise surprise de découvrir une souris dans sa boîte de haricots verts. La conserve provenait d'une supérette Proxi (Carrefour) du 14e arrondissement.

0
2803
Une souris naine retrouvée dans une boîte de haricots verts Grand Jury ©DR

Les scandales alimentaires s’enchaînent et se ressemblent. Après la souris dans la brique de soupe, la viande de cheval dans les plats préparés au « bœuf », les matières fécales dans les tartelettes Ikéa… Voici venue le rongeur dans la boîte de haricots verts.

Vendredi dernier, un habitant du 15e arrondissement de Paris a eu la mauvaise surprise de retrouver une souris naine de trois centimètres dans sa boîte de conserve « Grand Jury », achetée dans un Proxi du 14e. « Je voulais concocter un bon petit dîner, sain et équilibré, à ma compagne et ma fille de 2 ans, raconte le père de famille. Et voilà qu’au fond de ma casserole, dans laquelle je viens de verser les légumes, je remarque une étrange masse sombre. Lorsque j’ai compris ce que c’était, j’ai été submergé par un sentiment de dégoût, j’avais l’impression d’être souillé ».

« J’aurais préféré du cheval : ça, au moins, c’est bon et ça se mange »

Traumatisé par cette découverte, l’ingénieur de 36 ans s’empresse d’emballer le repas avorté et l’animal dans trois sacs en plastique avant de l’abandonner sur son balcon. Il passe également une heure à récurer la cuisine à l’eau de javel.

Finalement, une semaine plus tard, un employé de la supérette est venu récupérer le « repas ». « J’ai mis du temps à me décider à appeler le service consommateurs car j’étais tellement sous le choc que je ne voulais plus parler de cette histoire. Mais avec tout ce qui se passe en ce moment dans l’industrie agroalimentaire, je voulais qu’ils sachent qu’un de leurs fournisseurs a commis cette erreur, pour qu’ils fassent plus attention à l’avenir », explique-t-il. « Franchement, j’aurais encore préféré y trouver du cheval : ça, au moins, c’est bon et ça se mange », ironise Antoine, enfin remis de ses émotions.

Carrefour ouvre une enquête

Carrefour, propriétaire des supérettes Proxi, assure que son service qualité a ouvert une enquête. L’objectif est de comprendre « comment ce corps étranger a pu passer au travers de tous les contrôles d’hygiène malgré le processus hyper strict observé par le groupe ». Un porte-parole a également affirmé que l’entreprise était en contact avec son fournisseur. D’après l’emballage de la boîte de conserve, il s’agirait d’une entreprise basée à Bergerac (Dordogne).

De leur côté, Antoine et sa famille ont finalement eu droit à leur petit dîner. Pour se faire pardonner, la chaîne leur a offert un panier garni de produits frais : jambon, saumon, concombres, fromage et même bouteille de champagne. « Heureusement qu’ils ne m’ont pas offert de boîtes de conserve», conclut-il, jurant que depuis cet incident, il ne peut plus se nourrir avec ce genre de produits. « Il me reste plusieurs boîtes dans mes placards et je ne compte vraiment pas y toucher ».

Maxime Quéma