Il reste des enfants à écraser : le ras le bol d’un maire

En Bourgogne, le maire de Bretenière a décidé de changer le ton. Excédé par les excès de vitesse et l’imprudence des habitants, il installe un panneau pour le moins explicite.

0
1236
L’ancien message n’était qu’une information, trop souvent lue pour encore interpeller. ©Capture d'écran

L’ironie serait-elle la solution ? C’est en tout cas l’avis d’Hervé Bruyère, maire la commune de Bretenière, en Bourgogne. Excédé par les excès de vitesse dans sa ville, le maire a fait installer, après réunion du Conseil municipal, un panneau des plus explicites : « Il reste encore des enfants à écraser. Vous pouvez accélérer ».

Une communication de second degré, qualifié « d’humour noir » par certains, mais qui a au moins le mérite d’interpeller. « Cette rue principale est entièrement droite, donc pour faire ralentir les véhicules, rien n’y fait. Que ce soit la pose de ralentisseurs, l’aménagement d’un mini rond-point, l’instauration de la priorité à droite ou la limitation de vitesse à 30 km/h », explique Monsieur Bruyère.

C’est de la bêtise de le prendre au premier degré

Action, réaction. Les solutions conventionnelles n’obtenant aucun résultat, le maire a donc opté pour « la communication, plutôt que l’information ». « C’est de l’humour », explique-t-il, comme il l’a également exposé aux administrés qui se sont longuement interrogés, voire offusqués. Certains riverains ne comprennent pas : « C’est n’importe quoi » ou « c’est inapproprié », témoignent-ils.

Et si le message du panneau a d’abord divisé le Conseil municipal, par crainte « que les gens ne soient incités à accélérer », le maire rétorque qu’« il faudrait faire preuve de bêtise pour prendre ça au premier degré ». Si le nouveau panneau n’a pas démontré son efficacité, Hervé Bruyère lui se félicite qu’il soit vu et fasse parler de lui. L’ancien message n’était qu’une information, trop souvent lue pour encore interpeller : « Attention aux enfants ».

Laurie Ferrère